DRAGUE

Prononciation : dra-gh'
Nature : s. f.

1Sorte de pelle recourbée et munie d'un long manche, qui sert à tirer du sable des rivières et à curer des puits. Machine pour enlever la tourbe submergée. 2Terme d'agriculture. Drague à claie, instrument propre à approfondir les labours sans ramener à la surface la terre du fond. 3Terme de marine. Bourrelet qui garnit, de chaque côté, le fond d'une embarcation destinée à échouer. Nom d'un gros cordage qui sert à pêcher une ancre ou d'autres choses dans la mer. Nom d'un cordage, dit plus souvent brague, qui sert à tenir les pièces de canon fermes quand elles tirent. 4Terme de pêche.
Espèce de filet à manche pour pêcher à la traîne et particulièrement pour les coquillages ; au bas de ce filet se trouve une racloire en fer dont le frottement contre le fond fait sauter dans le sac les huîtres, les moules, etc. , LEGOARANT ,
La drague, dans quelques ruisseaux affluents du Mississipi, amène de grandes huîtres à perles , CHATEAUB. , Voyage Amér. IV, 14 On a dit aussi dreige.
Les rets de la dreige auront les mailles d'un pouce neuf lignes en carré, et les trumeaux ou hameaux qui sont attachés des deux costez du filet auront les leurs de neuf pouces en carré , Ordonn. août 1681
5Terme de vitrier. Petit pinceau de poil de chèvre dont on se sert pour marquer le verre, avec du blanc broyé. 6Grand fleuret pour faire des trous profonds quand on fait sauter des roches à la mine. Angl. drag, crochet, filet ; de l'anglosaxon dräge. Orge cuite qui demeure dans le brassin après qu'on a cuit la bière. XIIIe s.
Mais mon pain resamble becuit ; Il est fait d'orges ou de droe , DU CANGE , drascus.
Wallon, drâhe ; rouchi, draque ; de l'anc. scandinave dregg ; angl. dreg, lie, dépôt. Cependant Scheler est disposé à n'y voir qu'une forme variée de drêche (voy. ce mot).