DOUER

Prononciation : dou-é
Nature : v. a.

1Terme de droit. Assigner un douaire à celle qu'on épouse.
Je dis que le futur peut, comme bon lui semble, Douer la future , MOL. , Éc. des f. IV, 2
2Dans le langage général, gratifier, accorder, en parlant de Dieu, de la nature, des génies, des fées. La nature l'a doué d'heureuses facultés.
On ne saurait dire si Ésope eut sujet de remercier la nature ou bien de se plaindre d'elle ; car, en le douant d'un très bel esprit, elle le fit naître difforme et laid de visage , LA FONT. , Vie d'Ésope
Malheureuse, les dieux ont-ils doué tes pleurs De ces charmes puissants qui fléchissent les coeurs ? , DESFONTAINES , XIIe s.
Toute sa terre nequident [néanmoins] m'a donée ; De Ribemont iert [sera] ma feme doée , Raoul de C. 224
XIIIe s.
Veullez que vostre mere m'ame de s'amour doe , Berte, XXXIII
Li enfant de le [la] premiere feme emportent le [la] moitié dont lor mere fu douée , BEAUMANOIR , XIII, 2
Li prestres fet dire à l'omme quant il espouse [célèbre le mariage] : Du douaire qui est devisés entre mes amis et les tiens, te deu , BEAUMANOIR , ib.
Trop pou [peu] fu de tiex [tels] hommes, ne de si bien doez, Puis que Diex fu por nous en sainte croix cloez , J. DE MEUNG , Test. 103
XVe s.
Raporter la besongne en tel point que la pucelle soit tenue de vous regracier, et qu'elle puisse avoir occasion de vous aymer, et vous douer de son gent corps , Perceforest, t. II, f° 8
XVIe s.
Icy chez luy, où par devote emprise Fonda, bastit, et doua ceste eglise , MAROT , III, 246
Provenç. et espagn. dotar ; ital. dotare ; du latin dotare, de dos, dotis, dot (voy. DOT).