DOTER

Prononciation : do-té
Nature : v. a.

1Pourvoir d'une dot. Ce père a doté sa fille de trente mille francs. Doter des filles pauvres. Il a doté sa nièce qui n'avait rien. 2Faire une dotation, assigner un revenu à un établissement, à un corps, à un prince, etc. Doter un hôpital, une église, un prince, etc. 3Fig. Les grâces dont la nature l'avait dotée.
Je veux que la valeur de ses aïeux antiques Ait fourni de matière aux plus vieilles chroniques, Et que l'un des Capets, pour honorer leur nom, Ait de trois fleurs de lis doté (quelques éditions lisent doré) leur écusson , BOILEAU , Sat. V
Le ciel nous dote D'une marotte Tour à tour grave et quinteuse et falote , BÉRANG. , Troubad.
L'espérance aux ailes brillantes Sur vous se plaît à voltiger ; De combien de formes riantes Vous dote son prisme léger ! , BÉRANG. , Anniv.
Provenç. et espagn. dotar ; ital. dotare ; du latin dotare, de dos, dot. DOTER. Ajoutez : 4Se doter, v. réfl. Se donner à soi-même.
La Russie et la Hollande se sont dotées de publications semblables , Journ. offic. 22 août 1872, p. 6641, 3e col.