DOMMAGE

Prononciation : do-ma-j'
Nature : s. m.

1Préjudice ou dégât causé à quelqu'un, à quelque chose. Réparer un dommage. Les dommages faits par la grêle sont grands.
Et ce n'est qu'à dessein de pourvoir aux dommages Que du Vésuve ardent ont causés les ravages , CORN. , Tite et Bér. IV, 1
En considérant le dommage que l'État en recevrait , PASC. , Prov. 13
Bon gentilhomme et qui, dans son courroux, N'avait encor tonné que sur les choux, Plus ne savait apporter de dommage , LA FONT. , Papef.
Tous délais y font du dommage , LA FONT. , Nic. Perte.
Ils mirent en commun le gain et le dommage , LA FONT. , Fab. I, 6
2Fig. À son dommage, c'est-à-dire en souffrant un mal, un tort, une perte.
Ces arrogants, à leur dommage, Apprendront un autre langage , MALH. , VI, 8
Croire en voyant son visage Que le ciel l'ait formé si beau pour mon dommage , RÉGNIER , Élég. I
3C'est dommage, c'est bien dommage, c'est grand dommage, quel dommage ! manières d'exprimer ce que certaines choses ont de fâcheux, de regrettable.
C'est dommage que ce livre-là ait été condamné à Rome , PASC. , Prov. 4
Rien ne resta qu'une ferme au pauvre homme, Et peu d'amis, même amis Dieu sait comme ; Le plus zélé de tous se contenta, Comme chacun, de dire : c'est dommage , LA FONT. , Fauc.
C'eût été dommage qu'elle n'eut pas réussi , HAMILT. , Gramm. 11
Menager mourut d'apoplexie à Paris, fort riche, sans avoir été marié ; ce fut dommage, pour sa probité, sa modestie, sa capacité , SAINT-SIMON , 357, 214
Du Héron, dont ce fut grand dommage, fut tué avec 50 officiers et 400 ou 500 hommes , SAINT-SIMON , 120, 64
C'est bien dommage qu'elle soit devenue si laide , VOLT. , Candide, 27 Ironiquement, c'est dommage, c'est vraiment dommage. Il ne m'accuse pas, c'est dommage. Dans un autre sens ironique et par une sorte de défi. C'est dommage qu'il ne s'attaque pas à moi, je l'en ferais repentir. C'est grand dommage que.... il est fort à regretter que....
Et tous deux ajoutèrent : c'eût été grand dommage qu'il eût été pendu , VOLT. , Zadig, 7
L'Académie, dans ses remarques sur Vaugelas, ne voulait pas qu'on dît : c'est un grand dommage ; mais cela est trop rigoureux.
C'était un grand dommage que des hommes si religieux ne fussent pas plus éclairés et ne plaçassent pas mieux leur culte , ROLLIN , Hist. anc. Oeuvres, t. VIII, p. 399, dans LACURNE
4Terme de jurisprudence. Dommages et intérêts, ou dommages-intérêts, somme allouée à quelqu'un pour l'indemniser d'un préjudice. Demander des dommages-intérêts.
On pouvait après la condamnation payer les dommages et intérêts , MONTESQ. , Espr. VI, 19 En dommage, c'est-à-dire en causant du dégât. Ce bétail a été trouvé en dommage.
1. Après c'est dommage que.... on met le subjonctif ; cependant la Fontaine a mis l'indicatif :
C'est dommage, Garo, que tu n'es point entré Au conseil de celui que prêche ton curé , LA FONT. , Fabl. IX, 4 Cette licence, qui ne choque ni règle, ni analogie, peut être imitée.
2. Il est dommage que.... au lieu de c'est dommage que.... a été condamné par Ménage ; cependant ce tour est correct, et, quoique un peu archaïque, pourrait être employé en bonne place.
XIe s.
Cil à qui il avrad le damage fait , Lois de Guill. 5
Fust i li reis, n'i eüssions damage , Ch. de Rol. LXXXV
Mout grant domage lui est apareüt , ib. CL
De ceus de France, il fait mult grant damage , ib. CCXLIX
XIIe s.
Grant daumage , Ronc. p. 14
À maint amant [ils] ont fait ire et damage , Couci, XI
Car je n'i voi mon prou ne mon domaige , QUESNES , Romancero, p. 85
Noveles.... De duel et de demage et de confusion , Sax. XI
Bien a creü li rois conseil de son damage , ib. XXVI
.... Ce seroit trop vilains gens, Qui feroit d'un domage deus , CRESTIENS DE TROIES , dans HOLLAND, p. 269
XIIIe s.
Si lor avint uns grans domages.... , VILLEH. , LX.
Dont ce fu moult grant damage, quar moult estoient preudome et vaillant durement , VILLEH. , XXI
Et aussi n'entendons noz pas que le baillix doie estre trop soufrans en cose qui porte damace ne despit à son seigneur ne à soi , BEAUMANOIR , 19
Por ce met on serjans à ses bestes garder que elles ne voisent en damace, ne en forfet , BEAUMANOIR , XXIX, 4
Garder de damache , BEAUMANOIR , 70
Grant doumage nous firent au partir, de ce que ils bouterent le feu en la fonde [bazar], là où toutes les marchandises estoient et tout l'avoir de poiz [objets qui se vendent au poids] , JOINV. , 216
Souspirant pour l'umain lignage, Et penssis [pensif] au cruel domage Qui de jor en jor i avient , RUTEB. , 100
XIVe s.
Sauf alant, sauf venant, et cessant voz domaige , Girart de Ross. V. 1234
XVe s.
Les soudoyers de Cambrisis eurent congé et accord d'entrer en Hainaut, et d'y faire aucune envaye ou chevauchée au dommage du pays , FROISS. , I, I, 100
Et y furent morts messire Jean de Berlette et plusieurs autres, dont ce fut dommage , FROISS. , II, II, 225
Avoit donné sa fille en mariage au fils du seigneur de Croy, long temps avoit, et disoit y avoir dommage , COMM. , I, 2
D'autres, au contraire, qui veoient brusler et destruyre tout le pays, voulurent paix au dommage de ce que ce fust , COMM. , II, 3
XVIe s.
Et à nostre esvident dommage , MONT. , I, 99
C'est dommage que les gents d'entendement ayment tant la briefveté , MONT. , I, 169
Les hommes bien souvent portent plus patiemment un dommage qu'ilz ne font une injure , AMYOT , Timol. 43
Et luy escrivirent les ephores qu'il eust à marcher incontinent au dommage des Thebains , AMYOT , Agésil. 47
Après dommaige chascun est saige , GÉNIN , Récréat. t. II, p. 234
Dommage suit la fausse honte , LEROUX DE LINCY , Prov. t. II, p. 289
Berry, demage, d'mage ; bourguig. dommeige ; picard, damage ; anc. espagn. domage. Le provençal damnatge, dampnatge, et l'italien dannaggio viennent d'une forme latine fictive damnaticum, dérivée de damnum, lequel a donné dam (voy. ce mot) ; cela n'est pas douteux. Mais le français offre plus de difficultés ; les formes anciennes sont damage, domage, daumage, demage, damace, damache, doumage. La forme domage est aussi ancienne que la forme damage ; or on sait très bien que l'o latin se change très facilement en a (dame, de domina, etc.) ; mais il arrive très rarement qu'au contraire l'a latin se change en o ; c'est là une première difficulté. On remarquera en outre que l'altération de l'o en e (demage) n'est pas rare ; mais que dans des mots de ce genre l'a s'atténue rarement en e. De plus la finale aticum donne régulièrement age ; mais elle ne donne ni ace ni ache ; or ces deux formes se trouvent dans le XIIIe siècle ; c'est là une seconde difficulté. Enfin une troisième difficulté, c'est que, s'il venait de damnum, on devrait, comme en provençal, trouver quelquefois le mot écrit damnage ; or, l'historique n'en contient aucun exemple. Toutes ces raisons portent à croire qu'on ne peut faire droit à toutes les formes françaises qu'en supposant un thème domacium, domaticum. Mais d'où vient un tel thème ? du latin domare, tourné au sens de causer un tort ? du germanique : anglo-saxon, dom ; anglais, doom, condamnation, ruine, perte ? Cette dernière conjecture paraît avoir quelque probabilité, non sans admettre une influence du provençal damnatge, par assimilation. L'ancien espagnol domage ne se range pas non plus sous damnum.