DIVINISER

Prononciation : di-vi-ni-zé
Nature : v. a.

1Attribuer le caractère divin, mettre au rang des dieux. Les anciens divinisaient les héros. Par extension.
Platon divinisa le monde en lui donnant une âme , VOLT. , Dial. XXIX, 6
Les païens ont divinisé la vie, et les chrétiens ont divinisé la mort , STAËL , Corinne, IV, 2
2Fig. Exalter au-dessus de tout.
Non-seulement de les permettre [certaines actions] et de les tolérer, mais de les approuver, mais de les canoniser, mais, si j'ose me servir de ce terme, de les diviniser , BOURDAL. , 6e dim. après l'Épiph. Dominic. t. I, p. 289
Les cruels dont la rage, au nom de ta justice Divinise le meurtre.... , D'AVRIGNY , Jeanne d'Arc. IV, 1 Absolument.
Il honore ou flétrit, accuse ou divinise ; à sa voix la vertu triomphe et s'éternise , MILLEV. , Plaisirs du poëte.
XVIe s.
Sainte et sacrée ivresse, qui, au contraire de la corporelle, nous aliene non du sens spirituel, mais des sens corporels, qui ne nous hebeste ni abestit pas, ains nous angelise et, par maniere de dire, divinise , ST FRANÇOIS DE SALES , dans le Dict. de DOCHEZ.
Divin.