DISSIMULATION

Prononciation : di-ssi-mu-la-sion ; en vers, de six syllabes
Nature : s. f.

1Action de dissimuler ses sentiments, ses desseins. User de dissimulation. Avoir recours à la dissimulation.
La dissimulation n'est pas aisée à bien définir.... c'est un certain art de composer ses paroles et ses actions pour une mauvaise fin , LA BRUY. , Théophr. I
On ne donne presque jamais aux princes qu'une maxime, qui est celle de la dissimulation ; elle est fausse, et fait tomber dans de grands inconvénients , MAINTENON , Avis à la duch. de Bourg. t. III, p. 209, dans POUGENS.
À l'abri de la dissimulation, les courtisans s'embrassent, les femmes se complimentent, et les auteurs se saluent de loin , DUFRESNY , Double veuvage, III, 2
2Caractère de l'homme dissimulé. Il est d'une dissimulation profonde. 3Acte de dissimulation ; feinte de ne pas voir ou savoir.
Je ne pouvais, avec mes petites dissimulations, parer l'évidence de son amour , MARIVAUX , Mariane, 2e part.
XVe s.
Jean Lyon savoit tout de certain qu'il avoit jà tant courroucé le comte que jamais n'en viendroit à paix ; et, s'il y venoit par voie de dissimulation, bien savoit qu'il en mourroit , FROISS. , II, II, 55
Ceste paoureuse dissimulation clost à tous la bouche , GERSON , Harengue au roi Charles VI, p. 18
XVIe s.
La dissimulation que vous faites d'estre tant chaste ne vous a de rien servi , MARG. , Nouv. XXII
Ils devindrent plus violents en commandant à leurs subjects, après qu'ilz eurent osté le masque et la dissimulation de leur puissance absolue , AMYOT , Démétr. 22
Lat. dissimulationem, de dissimulare, dissimuler.