DISSECTION

Prononciation : di-sè-ksion ; en vers, de quatre syllabes
Nature : s. f.

1Action de disséquer, c'est-à-dire opération par laquelle on divise méthodiquement et l'on met à découvert les différentes parties d'un corps organisé pour en étudier la disposition et la structure. La dissection d'un animal.
Qu'on fasse ajuster cette salle proprement, afin d'y bien recevoir tous ceux qui me feront l'honneur de se trouver à la dissection du corps que me doit envoyer le maître des hautes oeuvres , HAUTEROCHE , Crispin médecin, II, 1
Puis d'une femme morte avec son embryon Il faut chez du Verney voir la dissection , BOILEAU , Sat. X
On faisait dans son Académie [de Pierre le Grand] des dissections de quelques morts , VOLT. , Charles XII, 1 Blessure de dissection, piqûre qu'on se fait en disséquant et qui donne quelquefois lieu aux accidents les plus graves. Terme de chirurgie. Partie de certaines opérations où l'on dissèque les organes comme un anatomiste fait sur un corps mort. Dans quelques cas de hernie étranglée, on fait la dissection de la tumeur couche par couche.
2État d'un corps disséqué. Venez voir une dissection bien faite. On dit aujourd'hui de préférence préparation. 3Fig. Examen attentif, scrupuleux.
Faisons, autant qu'il nous est possible, la même dissection de notre âme que Dieu en fera dans son jugement dernier , BOURDAL. , Pensées, t. I, p. 364
XVIe s.
Ils se sont estudiés d'entendre son architecture admirable par dissections anatomiques , PARÉ , Préf.
Lat. dissectionem, de dissectum, supin de dissecare, de dis.... préfixe, et secare, couper (voy. SECTION).