DISPUTEUR, EUSE

Prononciation : di-spu-teur, teû-z'
Nature : s. m. et f.

1Celui, celle qui aime à disputer d'objets de controverse.
Zwingle fut tué dans une bataille, et ce disputeur emporté sut montrer qu'il n'était pas moins hardi combattant , BOSSUET , Var. IV, § 3
Les Grecs, grands disputeurs, ne cessèrent d'embrouiller la religion par des controverses , MONTESQ. , Rom. 22 Adj.
Ils étaient vains, indiscrets, disputeurs, toujours occupés de mots et de faits inutiles, pleins de subtilités qui ne persuadent personne , FÉN. , Dial. des morts mod. 4
On se querellait depuis longtemps sur la Trinité, lorsque Arius se mêla de la querelle dans la disputeuse ville d'Alexandrie , VOLT. , dans LAVEAUX
À force de disputer contre l'Église romaine, le clergé protestant prit l'esprit disputeur et pointilleux , J. J. ROUSS. , dans LAVEAUX
2Celui, celle qui aime à élever des discussions sur quoi que ce soit. C'est un disputeur insupportable.
Mais je n'ai point encor tracé le disputeur, Dans le choc des avis intrépide lutteur , DELILLE , Convers. II
Disputer ; provenç. disputaire, disputador ; espagn. disputador ; ital. disputatore. On trouve disputateur dans Montaigne : Ces disputateurs qui, pour combattre Épicurus et se donner beau jeu.... II, 116.