DISPUTER

Prononciation : di-spu-té
Nature : v. n.

1Avoir une dispute sur un point de théologie, de philosophie, de morale, de science, etc.
Je ne dispute jamais du nom , PASC. , Prov. 1
Quand je croyais que vous disputiez de la vérité ou de la fausseté des propositions, je vous écoutais avec attention, car cela touchait à la foi , PASC. , ib. 17
De quoi disputiez-vous, sinon du sens de cet auteur ? , PASC. , ib. 18
Disputez, me dit-il, contre le P. Bauny, je vous fais un récit et vous contestez contre moi ; il ne faut jamais disputer sur un fait , PASC. , ib. 6
Le libertinage d'esprit, la fureur de disputer des choses divines sans fin, sans règle, sans soumission , BOSSUET , Reine d'Angl.
Une autre fois je mettrai mes raisonnements par écrit pour disputer avec vous , MOL. , D. Juan, I, 2
Je me sens en humeur de disputer contre vous , MOL. , ib. III, 1
Le chemin étant long et partant ennuyeux, Pour l'accourcir ils disputèrent , LA FONT. , Fabl. IX, 14
Nous disséquons des mouches, dit le philosophe, nous mesurons des lignes, nous assemblons des nombres, nous sommes d'accord sur deux ou trois points que nous entendons, et nous disputons sur deux ou trois mille que nous n'entendons pas , VOLT. , Microm. 7 Disputer si, débattre la question de savoir si. On dispute dans l'école si la logique est une science ou un art. Ne pas disputer que, avec le subjonctif, ne pas contester.
On ne dispute pas qu'il ne soit écrit.... , BOSSUET , Hist. II, 13
2Avoir sur une chose quelconque une vive discussion.
Nous disputons en vain et ce n'est que folie De vouloir par sa perte acquérir Émilie , CORN. , Cinna, III, 1
Mon nom seul est coupable, et, sans plus disputer, Pour te faire innocent tu n'as qu'à le quitter , CORN. , Héracl. IV, 4
Quoi qu'en votre faveur Marcelle lui dispute, Il mande Théodore, et la veut promptement Faire conduire au lieu de son bannissement , CORN. , Théod. IV, 2
Il eut contentement : non-seulement on disputa, mais on se querella, et on se sépara sans avoir trop envie de se revoir de plus de huit jours , RAC. , Lettres à Boileau, 5
Ah ! vous deviez du moins plus longtemps disputer , RAC. , Brit. III, 7
Eh bien ! régnez, cruel, contentez votre gloire ; Je ne dispute plus.... , RAC. , Bérén. IV, 5
Je viens pour vous combattre et non pour disputer , VOLT. , D. Pèdre, IV, 2
Je dispute toujours le plus tard que je puis , COLLIN D'HARLEV. , Optimiste, IV, 7 Disputer sur la pointe d'une aiguille, avoir une dispute pour des choses sans valeur. Disputer de la chape à l'évêque, disputer à qui appartiendra une chose qui ne peut être à aucun de ceux qui se la disputent. Poétiquement.
Nous étions contraints de disputer contre les flots pour rattraper le dessus de ce mât , PÉNEL. , Tél. VI
3Fig. Rivaliser.
Ne voudriez-vous point disputer de la gloire, de la bonté, avec la femme d'Auguste ? , BALZ. , Disc. à la régente
Je crois que c'est principalement en ceci [être content de son sort] que consistait le secret de ces philosophes qui ont pu autrefois se soustraire à l'empire de la fortune, et, malgré les douleurs et la pauvreté, disputer de la félicité avec leurs dieux , DESC. , Méth III, 4
Quoiqu'elles soient filles du soleil et de l'aurore et qu'elles disputent de l'éclat avec les perles et les diamants , VOIT. , Lett. 73
Ce jeu où les peuples ont disputé de la puissance , BOSSUET , Hist. III, 2
Un peu de prospérité fait disputer de faste le publicain avec les princes du peuple , MASS. , Car. Rich.
Dans la corruption une cour endormie, Avec son empereur disputant d'infamie , LEGOUVÉ , Épich. et Néron, I, 2 Fig.
Ce n'est pas que le mensonge ne se glorifie souvent des mêmes titres, et qu'il n'y ait parmi les hommes de vieilles erreurs qui semblent disputer avec la vérité de l'ancienneté de leur origine , MASS. , Car. Vérité de la religion.
Disputer à.
Je suis un pauvre pâtre, et ce m'est trop de gloire Que deux nymphes d'un sang le plus haut du pays Disputent à se faire un époux de mon fils , MOL. , Mélicerte, I, 4
Le peuple disputait avec la noblesse à qui agirait le plus par ces maximes , BOSSUET , Hist. III, 6
4V. a. Faire de quelque chose l'objet d'une lutte contre quelqu'un. Cet écolier a disputé la première place. Le régiment, bien commandé, disputa longtemps le terrain contre des forces supérieures.
Et que serait heureux qui pourrait aujourd'hui Disputer cette place et l'emporter sur lui ! , CORN. , Nicom. I, 2
Une troupe hardie M'a voulu de nos murs disputer la sortie , RAC. , Théb. I, 3
Mais par de vrais combats, par de nobles dangers, Leur disputer les coeurs du peuple et de l'armée , RAC. , Baj. III, 4
C'est ainsi que Néron sait disputer un coeur , RAC. , Brit. III, 8
Quand de Britannicus la mère condamnée Laissa de Claudius disputer l'hyménée , RAC. , ib. IV, 2
Il excelle à conduire un char dans la carrière, à disputer des prix indignes de ses mains , RAC. , ib. IV, 4
Que ces rois, qui pouvaient vous disputer ce rang, Sont prêts pour vous servir de verser tout leur sang , RAC. , Iphig. I, 3
Quoi ! vous ne savez pas Que le rhinocéros me dispute le pas ? , LA FONT. , Fabl. XII, 21
Ils n'avaient rien à lui disputer sur l'équipage et la magnificence , HAMILT. , Gramm. 6
Pendant que nos soldats luttaient encore avec l'incendie et que l'armée disputait au feu cette proie [Moscou] , SÉGUR , Hist. de Napol. VIII, 6
Les femmes de Livie, celles qui, consacrées jadis aux soins de sa beauté, luttaient pour elle contre le temps et disputaient aux années quelques-uns de ses charmes, sont placées à côté d'elle en de petites urnes , STAËL , Corinne, V, 2 Fig. Disputer le terrain, soutenir vivement ses opinions, ses intérêts dans un débat. Terme de marine. Disputer le vent, courir des bordées pour gagner le vent sur d'autres bâtiments. Le disputer à quelqu'un, prétendre l'égaler.
Thèbes le pouvait disputer aux plus belles villes de l'univers , BOSSUET , Hist. III, 3
Se disputer une personne, une chose, c'est-à-dire disputer entre soi une personne, une chose, se dit de plusieurs personnes qui veulent la posséder. Ces deux femmes se sont longtemps disputé un amant.
Chacun se disputait la gloire de l'abattre , RAC. , Andr. V, 3
Entre Sénèque et vous disputez-vous la gloire, à qui m'effacera plus tôt de sa mémoire , RAC. , Brit. I, 2
Des lambeaux pleins de sang et des membres affreux Que des chiens dévorants se disputaient entre eux , RAC. , Athal. II, 5
Plusieurs villes se disputent l'honneur d'avoir donné le jour à Homère , BARTHÉL. , Anach. Introd. 1re partie.
Fig.
Mille objets se disputaient nos regards , Acad.
5Familièrement. Disputer quelqu'un, lui faire querelle.
Mme de Pontchartrain le disputa [le baron de Breteui], et pour fin lui dit qu'elle pariait qu'il ne savait pas qui avait fait le Pater , SAINT-SIMON , 62, 48
1. Disputer quelqu'un, pour dire lui faire querelle, n'est pas dans le Dictionnaire de l'Académie ; mais il est du langage familier et autorisé par quelques écrivains. 2. Se disputer, v. réfl. Avoir une querelle : ils se sont longtemps disputés ensemble ; il se disputa avec son portier. Cette locution est aussi du langage tout à fait familier ; mais elle est condamnée par les grammairiens qui veulent qu'on dise : ils ont longtemps disputé ensemble ; il disputa avec son portier. Le fait est que cette locution n'a en sa faveur ni la grammaire ni l'autorité des écrivains. DISPUTER, DISCUTER. Ces deux mots expriment une opposition de pensée ou de sentiment ; mais, d'après leur étymologie, l'opposition dans le dernier tombe sur la nature de la chose dont on discute, et dans le premier elle est plutôt dans les esprits qui pensent différemment. De là l'idée de querelle qui s'attache toujours à la dispute, tandis qu'elle n'est pas dans la discussion. Qui discute a raison, et qui dispute a tort, dit Ruhlières dans le poëme des Disputes. XIIe s.
De pluisurs altres choses unt entr'els desputé, Dunt um ne m'a encore acointié n'acerté, Ne tut ne puet pas estre en mun livre noté , Th. le mart. 115
E des bestes e des oisels e des peissuns desputad , Rois, 241
XIIIe s.
Aussi vous di je, fist li roys, que nulz, se il n'est très bon clerc, ne doit disputer à eulz [les Juifs] , JOINV. , 198
XIVe s.
Les autres estudient ou desputent ensemble , ORESME , Eth. 292
Lat. disputare, de dis.... préfixe, et putare, penser (voy. PUTATIF) ; provenç. desputar ; espagn. disputar ; ital. disputare. DISPUTER. Ajoutez : 6Débattre par la discussion.
Une note à la suite de la troisième série nous apprend que ces questions quodlibétiques furent disputées par maître Pierre d'Auvergne en 1298, avant Noël , Hist. litt. de la France, t. XXV, p. 112
7Disputer que, soutenir que.
Ceux qui disputent qu'il n'y en a pas [d'ingratitude] voudraient être juges et parties , SÉV. , 10 avril 1671
Ajoutez : 3. Dans le Clitandre de Corneille, un commentateur de Corneille (Joly) a voulu faire remonter l'origine de la locution disputer sur la pointe d'une aiguille, à la scène 1 de l'acte IV, où un amant à qui sa maîtresse a crevé l'oeil avec une aiguille se met à faire la leçon à l'instrument de son malheur. Cette étymologie, comme la plupart des étymologies anecdotiques, est sans valeur.