disgrace

Prononciation : di-sgrâ-s'
Nature : s. f.

1Perte des bonnes grâces d'une personne puissante. Encourir la disgrâce du prince.
Il a soutenu héroïquement sa disgrâce , SÉV. , 348
Le meilleur de tous les biens, s'il y a des biens, c'est le repos, la retraite, et un endroit qui soit son domaine ; N*** a pensé cela dans sa disgrâce, et l'a oublié dans la prospérité , LA BRUY. , VIII
La disgrâce éteint les haines et les jalousies , LA BRUY. , XII
Rien n'est si voisin de la faveur que la disgrâce , MAINTENON , Lett. d'Aubigné, 3 juillet 1680
Pour languir dans l'éclat d'une illustre disgrâce , VOLT. , Sémiram. II, 4
La disgrâce jette je ne sais quoi de touchant sur les grandes vertus et les qualités éminentes , MAIRAN , Éloges, Card. Polignac.
Albuquerque mourut à Goa en 1515, sans richesses, et dans la disgrâce d'Emmanuel, auquel on l'avait rendu suspect , RAYNAL , Hist. phil. I, 17 Par analogie.
Tous les hommes sont dans la disgrâce de Dieu , PASC. , Juifs, 1
Lorsque nous avons été assez malheureux que de tomber dans la disgrâce de Dieu , MASS. , Car. Temples.
L'homme est maintenant en disgrâce chez tous ceux qui pensent , VAUVENARGUES. , Max. CCXIX.
Nous sommes tombés d'un tourbillon dont nous étions le centre, dans le tourbillon du soleil d'aujourd'hui ; d'astres que nous étions nous sommes devenus lune, ayant par faveur autour de nous une autre petite lune pour nous consoler dans notre disgrâce , VOLT. , Dial. XXIX, 10
2État, par rapport aux événements, comparé à la disgrâce par rapport à une personne.
Enfin donc ton amour ne craint plus de disgrâce , CORN. , le Ment. IV, 2
J'ai le coeur au-dessus des plus fières disgrâces , CORN. , Cid, II, 1
Voilà ce que c'est que du monde ; la moindre disgrâce nous fait mépriser de ceux qui nous chérissaient , MOL. , Préc. 18
J'en juge par moi-même ; et la moindre disgrâce, Lorsque je suis à jeun, me saisit, me terrasse , MOL. , Sganar. 7
J'ai cru que notre mariage n'était qu'un adultère déguisé, qu'il nous attirerait quelque disgrâce d'en haut , MOL. , le Fest. I, 3
Ah ! malheur ! ah ! disgrâce, ah ! pauvre seigneur Sganarelle, où pourrais-je te rencontrer ? , MOL. , l'Am. méd. I, 6
Et qui peut mieux que vous consoler sa disgrâce ? , RAC. , Bérén. III, 2
La mort n'est point pour moi le comble des disgrâces , RAC. , Baj. II, 3
La Discorde, qui voit leur honteuse disgrâce, Dans les airs cependant tonne, éclate, menace , BOILEAU , Lutrin, III
Je cours trouver Lucain ; plein d'une noble audace, De la liberté sainte il chanta la disgrâce , LEGOUV. , Épichar. et Nér. I, 3
3Mauvaise grâce. Elle a de la disgrâce dans le maintien. Cet homme met de la disgrâce jusque dans le bien qu'il fait.
On aura craint sans doute la disgrâce attachée à la forme didactique, qui effarouche la plupart des lecteurs , Mém. sur les finances de l'Anglet. trad. de l'anglais, Mayence, 1768, introd. p. 1
C'est à de tels contrastes [la rudesse et la servilité] qu'il faut attribuer la disgrâce allemande, que l'on se plaît à contrefaire dans les comédies de tous les pays , STAËL , Allem. III, 11
XVIe s.
Lors de la disgrace dudit d'Aubigné, il voulut à toute force suivre la fortune du disgracié , D'AUB. , Vie, LVI
Dis.... préfixe, dans le sens négatif, et grâce. DISGRÂCE. Ajoutez : - REM. Bussy Rabutin a dit faire des disgrâces, par opposition à faire des fortunes : Le même caprice qui fait faire des fortunes prodigieuses à de certaines gens, fait faire à d'autres de grandes disgrâces sans fondement, Lett. à Mme de Sévigné, 23 déc. 1670. Cela est peu correct, ce semble.