DISCORDER

Prononciation : di-skor-dé
Nature : v. n.

1Être en discorde. Ces caractères discordent. 2N'avoir pas de convenance réciproque.
Puis il [un tableau] est de la plus mauvaise couleur et fait pour discorder , DIDEROT , Salon de 1765, Oeuvres, t. XIII, p. 118, dans POUGENS.
3Terme de musique. Être discordant. Ces instruments discordent. Un piano qui discorde.
Dans un concert d'hymen, lorsque quelqu'un discorde, Je sais juste baisser ou hausser une corde , REGNARD , le Bal, 10 Il se conjugue avec l'auxiliaire avoir.
XIIIe s.
Et ne vous merveilliés mie de la laie [laïque] gent se il se descordoient, quant li blanc moine de Citiaus qui estoient en l'ost se descordoient aussi , VILLEH. , LII
Par foi, dist li rois, puisque vous vous accordés tant, je ne me discorde mie , Chron. de Rains, 25
XIVe s.
Et à chose false le voir [vrai] se descorde bien tost , ORESME , Eth. 17
XVIe s.
J'ay bien voulu noter en passant ces poincts, afin que le lecteur entende en quoy je discorde d'avec les docteurs scolastiques , CALVIN , Instit. 186
Ils ne peuvent faillir ne discorder du jugement de Dieu, puis qu'ils ne jugent que par sa loy , CALVIN , ib. 974
Provenç. descordar ; espagn. discordar ; ital. discordare ; du latin discordare, de discors, qui est en discorde, de dis.... préfixe, et cor, cordis, coeur. C'est par extension que le mot est entré dans le vocabulaire musical ; on est passé, ce qui est rare, d'une signification morale à une signification physique. Chorda, corde, n'a rien à faire ici, le latin n'écrivant jamais dischordare ou conchordare. DISCORDER. Ajoutez : - REM. L'abbé du Laurens l'a fait actif, au sens de désaccorder. Ne touche plus aux fleurs de l'Hélicon ; Ta voix terrible épouvante Apollon ; Tes doigts sanglants discorderaient sa lyre, la Chandelle d'Arras, XIV., Cet exemple n'est point à imiter.