DISCONVENIR

Prononciation : di-skon-ve-nir
Nature : v. n.

1Ne pas convenir d'une chose, la nier ; il ne s'emploie guère en ce sens qu'avec la négation.
Il ne pouvait disconvenir de ces vérités , HAMILT. , Gramm. 4
Les gentils n'ont pu en disconvenir , BOSSUET , Hist. II, 12
Les Épicuriens vous disent froidement qu'ils ne disconviennent pas que la nature a tout fait, que c'est là le grand être , VOLT. , Dial. 29
On ne peut disconvenir que les plantes ne soient des corps organisés et vivants , J. J. ROUSS. , Botanique, Dictionnaire, plantes. En ce sens, disconvenir se conjugue avec l'auxiliaire être.
2Ne pas convenir à.
Une reconstitution de la dette peut convenir très mal à la nation débitrice et ne disconvenir pas moins à une multitude de ses créanciers , MIRABEAU , Collection, t. IV, p. 81 N'avoir pas de convenance réciproque. Ces deux propositions disconviennent. En ces deux sens, il se conjugue avec le verbe avoir.
Après disconvenir, on peut indifféremment supprimer le ne, ou l'employer : Je ne disconviens que cela ne soit ou que cela soit. On met d'ordinaire le subjonctif, mais on peut mettre aussi l'indicatif : Je ne disconviens que cela est ; alors on ne met jamais le ne. XVIe s.
Voyez Cimon, voyez Themistocles, et mille autres, combien ils se sont disconvenus à eux mesmes [combien ils ont changé en grandissant] , MONT. , I, 158
Il est tousjours proclive aux femmes de disconvenir à leurs maris , MONT. , II, 81
Mes moeurs qui ne disconviennent de celles qui courent, à peine de la largeur d'un poulce.... , MONT. , IV, 131
Dis.... préfixe, et convenir.