DIGESTE

Prononciation : di-jè-st'
Nature : s. m.

Nom du recueil de décisions des jurisconsultes, composé par l'ordre de l'empereur Justinien, qui lui donna force de loi. Les citations qu'on en tire se marquent par ce signe ff. Le Digeste, qu'on nomme aussi les Pandectes, est divisé en cinquante livres.
Il entreprit ensuite un nouveau travail par ordre de l'empereur ; ce fut de tirer les plus belles décisions qui se trouvèrent dans les deux mille volumes des anciens jurisconsultes et de les réduire en un corps qui fut publié en 533 sous le nom de Digeste , ROLLIN , Hist. anc. liv. XXVI, 2e part. art. 3
Il fallait que la rage à l'univers funeste Allât encor de lois embrouiller le Digeste , BOILEAU , Sat. VIII
Du Digeste et du Code ouvre-nous le dédale, Et montre-nous cet art connu de tes amis, Qui dans ses propres lois embarrasse Thémis , BOILEAU , Lutr. v.
XIIIe s.
En la digeste, el titre qui se commence de re judicata , Ordonn. des rois de Fr. t. I, p. 109
En la digeste de chose jugiée , ib. p. 289
XVIe s.
Sçavoir si la science des loix reduite en digestes sous l'authorité de Justinien a esté autrefois enseignée en l'université de Paris , PASQUIER , Recherches, p. 813, dans LACURNE
Lat. digesta, participe passif au neutre pluriel, les choses digérées, mises en ordre, de digerere (voy. DIGÉRER). Ce nom vient de ce que cet ouvrage est composé par ordre de matières. Dans l'ancien français digeste était féminin, suivant la règle qui transformait en substantifs féminins les substantifs latins du neutre et du pluriel : la Bible, biblia, merveille, mirabilia, aumaille, animalia, etc. Terme de pharmacie. Nom donné aux produits de l'opération pharmaceutique appelée digestion. Lat. digestus, participe passif de digerere, digérer.