DICTER

Prononciation : di-kté
Nature : v. a.

1Prononcer plus ou moins lentement et à haute voix ce qu'on fait écrire au fur et à mesure par quelqu'un. Dicter une lettre à son secrétaire, un thème à des écoliers.
L'empereur, ne pouvant plus douter de la bataille, rentra dans sa tente pour en dicter l'ordre , SÉGUR , Hist. de Nap. VII, 7 Absolument.
Je vous conjure, par toute l'amitié que vous avez pour moi, de ne m'écrire qu'une feuille tout au plus ; dites à quelqu'un de m'écrire, et même ne dictez point, cela fatigue , SÉV. , Lett. 10 janv. 1680
2Fig. Suggérer, en parlant de paroles, de discours, d'écrits. On a dicté à cet accusé toutes ses réponses.
C'est l'humilité qui a dicté ces paroles , BOSSUET , Or. 9
Sans doute la douleur vous dicte ce langage , RAC. , Brit. II, 6
.... Mais quels discours faut-il que je lui tienne ? - Ah ! daignez sur ce choix ne me point consulter ; L'occasion, le ciel pourra vous les dicter , RAC. , Baj. II, 5
Quoi ! vous repentez-vous des généreux discours Que vous dictait le soin de conserver ses jours ? , RAC. , ib. III, 1
Va, ne perds point de temps ; ce que tu m'as dicté, Je veux de point en point qu'il soit exécuté , RAC. , Esth. II, 5
Il finit par lui dicter un testament où il réduit son fils à la légitime , LA BRUY. , IV
Notre conscience nous dicte tout bas les maximes de la vie éternelle , MASS. , Panég. S. Étienne
Comme les honnêtes gens évitent de se servir des termes que dicte l'emportement ou qui blessent la pudeur, on les a exclus du Dictionnaire , Acad. Dict. de 1740, préface
Je ne sais si c'est l'esprit ou le coeur qui me dicte cet article-ci , MONTESQ. , Esp. XV, 8 Absolument.
Arbitre des beaux vers, Apollon, loin de moi ! Pour célébrer d'Arnaud, pour chanter sa grande âme, Mon coeur dicte, il suffit, qu'ai-je besoin de toi ? , GILB. , à M. d'Arnaud.
3Prescrire, imposer. La raison nous dicte cela.
Le sénat chaque jour et le peuple irrités De s'ouïr par ma voix dicter vos volontés , RAC. , Brit. IV, 2
Et faisons qu'à ses fils il ne puisse dicter Que les conditions qu'ils voudront accepter , RAC. , Mithr. I, 5
Quelque loi qu'il vous dicte, il faut vous y soumettre , RAC. , Phèdre, III, 3
Vous-même avez dicté tout ce triste appareil , RAC. , Esth. III, 1
Quoi ! ces affreux serments qu'on vient de te dicter.... , VOLT. , Zaïre. III, 4
César aurait dicté cet arrêt sanguinaire ! , VOLT. , Triumv. IV, 2
Votre coeur a-t-il pu, sans être épouvanté, Avoir un sentiment que je n'ai pas dicté ? , VOLT. , Fanat. III, 3
Peut-être l'amour même avait dicté ce choix , VOLT. , Tancr. II, 6
4Se dicter, v. réfl. Être dicté, suggéré, prescrit. Une telle réponse ne se dicte pas. XIIe s.
Salomons de Bretaigne le serrement dita , Ronc. p. 192
Li evesques de Lundres une epistle enveia Saint Thomas ultre mer, mes sun num i cela, E el nun des evesques del païs le dita E des autres persones, mais nul n'en i numa , Th. le mart. 81
S'oïr volez les lettres, jes [je les] vus sai tres bien dire, Si cum li reis les fist e diter e escrire , ib. 118
XIIIe s.
Et bien tesmoigne Joffrois li mareschaus de Champaigne, qui ceste oevre dita , VILLEH. , XCVI
XIVe s.
Par elle eslit l'en si comme droite raison commande et dite , ORESME , Eth. 37
XVe s.
Et ce nonobstant, si empris-je assez hardiement, moi issu de l'escole, à rimer et à dicter les guerres dessus dites , FROISS. , Prol.
Cy commence l'art de dicter [composer des vers], et faire des chansons, balades, virelais et rondeaux , EUST. DESCH. , Poésies mss. f° 394, dans LACURNE
À l'endemain, l'autre, garni d'une lettre, Dieu sait comment dictée [rédigée], vint rencontrer sa dame , LOUIS XI , Nouv. XXXVII
XVIe s.
Les lettres dictées et signées, Grandgousier.... , RAB. , Gar. I, 30
Soy gouverner au son d'une cloche, et non au dicté de bon sens et entendement , RAB. , ib. I, 52
Puisque, par une faveur particuliere de la bonté divine, certaine façon de priere nous a esté prescripte et dictée mot à mot par la bouche de Dieu , MONT. , I, 394
Provenç. et espagn. dictar ; ital. dittare ; du latin dictare, fréquentatif de dicere, dire (voy. ce mot).