DIAPRER

Prononciation : di-a-pré
Nature : v. a.

Varier de vives couleurs.
L'écorce variée des pastèques diaprait agréablement la campagne , CHATEAUB. , Itin. II, 31 Par extension.
Comme un gredin que la main de Thémis A diapré de nobles fleurs de lis , VOLT. , Pauvre diable.
Se diaprer, v. réfl. Prendre diverses couleurs.
XIIIe s.
D'azur, mes que [si ce n'est que] de blanc un peu les [armes] dyaspra Li maistres qui les fit.... , Berte, CXXXI
XIVe s.
Un autre chasuble, dalmatique et tunique de dyapre blanc à mollettes d'or , DU CANGE , dyappré.
XVIe s.
Et voyant l'espée et fourreau tant diaspré , RAB. , Gar. I, 47
Ils pensent que la vertu n'aparoit sinon lors qu'elle est bien diaprée, et avec grosse suite , LANOUE , 206
Celui qui cuide estre assis dessus [le trône] comme une image diaprée sur un autel, à fin qu'on l'admire et magnifie , LANOUE , 540
Elle n'espargne aulcune despence pour decorer et diaprer sa maison et ses couches , CARL. , II, 12
Trois bons grands batteaulx bien couverts et diaprez des armoiries de M. de Vieilleville , CARL. , VIII, 8
De ce mois de may la face diaprée , AM. JAMYN , Poésies, f° 21, dans LACURNE
.... Les jardins et les prez, Quand ils sont revestus d'ornemens diaprez , AM. JAMYN , ib.
Anc. franç. diaspre, sorte de drap à fleur (Un covertor de deus diaspres Ot estendu desor la couche, la Charrette, V. 1200, XIIe siècle) ; provenç. diaspe, diaspre, même sens ; ital. diaspro, jaspe ; espagn. diaspero, même sens ; du latin jaspis, jaspe, par le changement, comme le remarque Diez, du j en di, ce qui arrive dans quelques patois italiens, diacere, de jacere, et ce qui sans doute indique que le mot provient de l'italien dans les autres langues romanes. L'italien, disant effectivement diaspro, pour le jaspe, ne laisse point de doute sur l'étymologie de diaprer.