DIALECTIQUE

Prononciation : di-a-lè-kti-k'

1Adj. Qui a rapport à l'art de raisonner, de discuter. Les procédés dialectiques. 2S. f. Dans l'ancienne philosophie, argumentation dialoguée par laquelle Zénon d'Élée, qui en est dit l'inventeur, établissait la doctrine de l'immobilité et des idées contre les partisans de l'expérience sensible et du mouvement. D'après Platon, la dialectique signifiait trois choses : le dialogue employé comme méthode d'investigation scientifique ; le procédé logique, qui tantôt décompose l'unité en ses éléments naturels, tantôt ramène la muitiplicité à l'unité ; la science des idées ou de l'être en soi. Pour Aristote, la dialectique est, en général, l'art de discuter ; sens qui est devenu et resté le sens actuel. DIALECTIQUE, LOGIQUE, GRAMMAIRE. La logique est la connaissance des procédés par lesquels l'intelligence découvre ou constate la vérité. La grammaire est l'art de parler ou de trouver, pour chaque pensée, pour chaque notion de l'intelligence, le signe qui lui est propre. La dialectique use des procédés de la logique et de la grammaire pour faire ressortir l'évidence des vérités et la fausseté des erreurs. En ce sens la dialectique est l'application ou la pratique de l'art dont la logique est la théorie ; mais cette différence disparaît dans les dérivés dialecticien et logicien, qui tous deux expriment celui qui déduit ses raisons avec une rigoureuse exactitude. XIIIe s.
....Ce dit Renarz : Je sai plus de toi les set arz ; Sez tu rien de dialectique ? , Ren. 21205
XVIe s.
Cicero reprend aulcuns de ses amis d'avoir accoustumé de mettre à l'astrologie, au droict, à la dialectique et à la geometrie, plus de temps que ne meritoient ces arts , MONT. , II, 239
Provenç. et espagn. dialectica ; ital. dialettica ; du latin dialectica ; d'un terme grec dérivé du verbe discourir (voy. DIALECTE). Qui appartient à un dialecte. Les différences dialectiques. Dialecte.