DIABOLIQUE

Prononciation : dia-bo-li-k'
Nature : adj.

1Qui vient du diable. Tentation diabolique.
S'il a employé l'art diabolique , PASC. , Prov. 8
Vous croyez bien que les devins ne sont pas sorciers ; ainsi ce n'est pas l'art diabolique que vous craignez en eux , FÉN. , t. XXI, p. 20
2Fig. Méchant, pernicieux. De diaboliques intentions. 3Difficile, pénible. Une affaire diabolique.
Parlons de la traverse d'Autun ici, qui est un chemin diabolique , SÉV. , 354
XVe s.
Monseigneur, respondit : messire Pierre, c'est une bien diabolique chose ; je crois que tous les diables d'enfer à qui il est, l'ont gardé et delivré de mes mains , FROISS. , III, IV, 28
Pecher est chose humaine, mais perseverer est chose diabolique , MONSTREL. , liv. I, ch. 47
Il est notoire comment au pays et en la terre d'Italie court d'ancienneté la diabolique ancienne coustume semée entre eulx par l'ennemy d'enfer , Bouciq. II, ch. 1
XVIe s.
Artifice diabolique , CARL. , VI, 47
Provenç. diabolic ; espagn. et ital. diabolico ; du latin diabolicus, d'un terme dérivé du mot grec signifiant diable. On trouve aussi au XVIe siècle diabolesque et diablesque.