DESTINER

Prononciation : dè-sti-né ; au XVIe siècle, selon Palsgrave, p. 62, on prononçait detiner
Nature : v. a.

1Fixer par l'enchaînement des choses.
Dieu ne destine jamais la fin sans préparer les moyens , MASS. , Car. Voc.
Les récompenses que Dieu a destinées à ceux qu'il aime , BOSSUET , Hist. II, 6 Par extension.
J'étais donc encore destiné à rendre ce devoir funèbre à très haute et très puissante princesse , BOSSUET , Duch. d'Orl.
C'eût été un trop grand soulagement pour un homme qui était destiné à être malheureux , VOIT. , Lett. 65
2Fixer, déterminer l'emploi, l'objet d'une personne. Destiner son fils au barreau.
La jurisprudence à laquelle on le destinait (car quel est le père qui aimât assez peu ses enfants pour les destiner aux mathématiques ?).... , FONTEN. , Lagny.
....Bien que leur naissance au trône les destine , CORN. , Nicom. II, 1 Fixer, déterminer l'emploi, l'objet d'une chose. Je destine cette somme à l'achat d'une terre.
Il se vit forcé de destiner sa place à un autre , BOSSUET , Polit.
Hé bien ! filles d'enfer, vos mains sont-elles prêtes ?.... à qui destinez-vous l'appareil qui vous suit ? , RAC. , Andr. V, 5
Quoi ! ce prince aimable.... qui vous aime, Verra finir ses jours qu'il vous a destinés ? , RAC. , Baj. IV, 3
Préparer, réserver. On lui destinait de grandes récompenses.
Je sais à son retour l'accueil qu'il me destine , RAC. , Baj. I, 1
Votre père à l'autel vous destine un époux , RAC. , Iphig. III, 4
Destiner avec de et un infinitif, avoir la résolation de. J'ai destiné de faire cela.
3Se destiner, v. réfl. Avoir pour vue, pour carrière. Il se destine à l'Église. Se destiner à quelqu'un, avoir le dessein de s'unir à lui par mariage.
Ce prince.... à qui même en secret je m'étais destinée , RAC. , Andr. V, 1
XIIIe s.
Je prenroie maintenant la crois, et iroie avec vos vivre ou mourir, lequel que Diex m'aura destiné , VILLEH. , XXXIX
XVe s.
Prince, chascun doit en son josne aé [âge] Prandre le temps qui lui est destiné , E. DESCH. , Profiter de la jeun.
XVIe s.
Pour une plus grande commodité de l'execution qu'il avoit destinée , MONT. , I, 299
Ce doibt estre une action destinée et rassise [l'étude des saintes Écritures] , MONT. , I, 398
Nul vent faict pour celuy qui n'a point de port destiné , MONT. , II, 9
Les dieux ont fatalement destiné l'estat de Rome pour exemplaire de.... , MONT. , IV, 85
Dez l'heure que je vous eus veue, je vous destinai un de mes livres , MONT. , IV, 336
Quand je les destine [certains de mes membres] à certain poinct et heure de service, cette preordonnance les rebute , MONT. , III, 55
Numa dit qu'il falloit destiner la fonteinne qui sourdoit au lieu mesme, aux religieuses vestales , AMYOT , Numa, 23
Theatre ou auditoire de musique destiné à ouir les jeux des musiciens , AMYOT , Péric. 29
Provenç. et espagn. destinar ; ital. destinare ; du latin destinare, de la préposition de, et stinare, pour stanare, fixer, qui paraît une forme allongée de stare, être debout, ferme.