DESSERTE

Prononciation : dè-sèr-t'
Nature : s. f.

1Mets qu'on a desservis. Donner la desserte aux domestiques, aux pauvres. 2Fonction du desservant attaché au service d'une cure, d'une chapelle. Il est chargé de la desserte de cette succursale. 3Terme des ponts et chaussées. Chemin de desserte, celui qui dessert une propriété, une forêt, c'est-à-dire qui la met en communication avec le grand chemin. 4Il s'est dit aussi pour l'action de faire un service de bureau ou autre. Il sera tenu par les gardes-jurés ou par nos préposés, pour la desserte desdits bureaux de visite et de marque, des registres paraphés par les juges des manufactures, Lett. patent. 1er juin 1780, art. 10. XIVe s.
Il apporteront la desserte des mets aux escuiers de cuisine , Ménagier, II, 4
Voy. DESSERT. Dans l'ancien français deserte signifiait ce qu'on mérite, venant de deservir qui signifiait mériter : XIIIe s.
Mal m'avez rendu les desertes De ce que je servi vos é [ai] , Ren. 25262
Bien voient qu'il auront de leur fait la deserte , Berte, XCIV