DESSERT

Prononciation : dè-sêr ; le t ne se lie pas : un dè-sêr abondant ; au pluriel, l's ne se lie pas : des dè-sêr abonda
Nature : s. m.

1Le dernier service d'un repas, composé de fromage, de confitures, de fruits et de pâtisserie. 2Le moment du dessert. Il arriva au dessert. 3Fig. et familièrement. On lui annonça pour son dessert la bonne nouvelle de son avancement. Ironiquement. Il a eu pour son dessert une verte réprimande. On en est au dessert, façon de parler bourgeoise, il faut dire au fruit, DE CAILLIÈRES, 1690. Aujourd'hui on ne dit plus qu'en être au dessert. XVIe s.
Tout le sert et dessert feut pourté par les filles pucelles mariables du lieu, belles je vous affye , RAB. , Pant. IV, 51
On dessert du premier metz, feut par elles melodieusement chanté ung epode à la louange des sacrosainctes decretales , RAB. , ib.
Et au dessert chastaignes et nefles , PARÉ , XIII, 29
Le semblable fit-il quelque temps après, de sept pains et quelques petits poissons, à une autre grande troupe de gens, et lors aussi les apostres recueillirent sept corbeilles pleines du dessert , PASQUIER , Lettres, t. II, p. 620, dans LACURNE
Il advertit Marcellinus qu'il ne seroit pas messeant, comme le dessert [la desserte] des tables se donne aux assistants, nos repas faicts, aussi la vie finie, de distribuer quelque chose à ceulx qui en ont esté les ministres , MONT. , II, 388
Substantif formé irrégulièrement de desservir (voy. ce mot), comme le sert (voy. à l'historique l'exemple de Rabelais) est formé de servir.