DESPOTE

Prononciation : dè-spo-t'
Nature : s. m.

1Prince qui gouverne avec une autorité arbitraire et absolue. Les despotes de l'Asie.
Comment l'honneur serait-il souffert chez le despote ? il fait gloire de mépriser la vie, et le despote n'a de force que parce qu'il peut l'ôter , MONTESQ. , Espr. III, 8
Ces despotes altiers partagent l'univers , VOLT. , Tancr. I, 1
Le hardi Japonais n'attend pas qu'au cercueil Un despote insolent le plonge d'un coup d'oeil , VOLT. , Orphel. V, 5
Trop souvent le danger rallie à la domination absolue, et dans le sein de l'anarchie un despote même paraît un sauveur , MIRABEAU , Collection, t. I, p. 350
Et nous n'aurons rien fait en entrant au tombeau Qu'avancer le pouvoir d'un despote nouveau , LEGOUVÉ , Épichar. et Néron, I, 3 Par extension, prince qui abuse ou que l'on suppose abuser d'une autorité qui en soi n'est pas absolue. Quelques-uns traitent Louis XIV de despote.
2Fig. Personne qui s'arroge une autorité tyrannique. Cet homme, cette femme est un despote dans sa famille. Par extension, celui, celle qui abuse de son autorité en un moment donné pour faire faire à un autre ce qui ne lui convient pas.
Quel diable de petit despote mon oncle s'est donné là [sa femme] ! , BAYARD et POTRON , Laure et Delphine, II, 14
XIVe s.
En grec despotes, c'est seigneur de la chose de laquelle il puet dire : ce est mien , ORESME , Thèse de MEUNIER.
Terme grec signifiant maître, qu'on rattache à une origine sanscrite : dasa, contrée, et patis, maître. 1. DESPOTE. Ajoutez : 3Adj.
Le gouvernement de France a été constamment arbitraire, et souvent despote , Mme DE STAËL , Consid. sur la Révol. franç. I, 3
Ancien titre de plusieurs princes grecs, tels que ceux de Servie, de Valachie.
On entendait autrefois par un despote un petit prince d'Europe vassal du Turc et vassal amovible, une espèce d'esclave couronné gouverneur d'autres esclaves , VOLT. , Dial. XXIV, 1 Titre honorifique que les empereurs grecs se réservèrent dans l'origine et qu'ils accordèrent ensuite à leur famille.
XVIe s.
Une ville qui est au dispos de Romanie clamée Tarrassine , Hist. de Loys III duc de Bourbon, p. 321, dans LACURNE
La renommée qui s'estendoit parvint aux oreilles du Grand Seigneur, nommé Soliman, auquel il fut presenté par le despote de Servie , YVER , p. 540
Bas-lat. despotes, despotus, du terme grec signifiant maître (voy. DESPOTE 1).