DEMOISELLE

Prononciation : de-moi-zè-l'
Nature : s. f.

1Autrefois, fille et même femme née de parents nobles.
Ah ! qu'une femme demoiselle est une étrange affaire ! et que mon mariage est une leçon bien parlante à tous les paysans qui voudraient s'élever au-dessus de leur condition ! , MOL. , G. Dand. I, 1
Dire de celle-là qu'elle n'est pas demoiselle , LA BRUY. , VIII
Mettre des bourgeoises là où le roi ne veut que des demoiselles, c'est tromper les intentions du roi , MAINTENON , Lett. à M. de Villette, 5 oct. 1684
Toi qui as tant gémi d'être née demoiselle , J. J. ROUSS. , Hél. IV, 13
Je puis vous assurer que, par son bon esprit, par les qualités de l'âme et par la noblesse des procédés, elle est demoiselle autant qu'aucune fille, de quelque rang qu'elle soit, puisse être , MARIVAUX , Marianne, 7e part. Les demoiselles de St-Cyr, les jeunes filles nobles qui étaient élevées à St-Cyr.
Renvoyez les demoiselles de St-Cyr, quand vous ne croirez pas qu'elles sont de bonnes bernardines , MAINTENON , Lett. à Mme de la Viefville, 24 oct. 1705
2Demoiselle a été aussi le nom des femmes mariées non nobles, mais bourgeoises. 3Aujourd'hui, dénomination de toutes les filles de famille qui ne sont pas mariées.
Deux d'entre elles étaient des demoiselles de cinquante ans, timides comme à quinze, mais beaucoup moins gaies qu'à cet âge , STAËL , Corinne, XIV, 1 Rester demoiselle, ne pas se marier. Être encore demoiselle, n'être pas encore mariée. Demoiselle d'honneur, titre de jeunes filles nobles qui avaient un service auprès des reines et des princesses. Demoiselle d'honneur se dit aujourd'hui quelquefois pour fille d'honneur, jeune fille qui accompagne la mariée et quête à l'église.
4S. f. plur. Nom donné, à cause de leur déguisement, à des bandes factieuses de paysans de l'Ariége et de la Haute-Garonne, qui commettaient des délits dans les forêts. 5Terme d'histoire naturelle. Libellule, insecte à quatre ailes membraneuses.
La demoiselle, avec son corsage bleu et ses ailes transparentes, se repose sur la fleur du nénufar blanc , CHATEAUB. , Génie, I, V, 10
J'attendais, d'un fourmi-lion si bien nourri, une demoiselle proportionnée à son énorme corpulence ; et je ne fus pas médiocrement surpris quand je vis paraître une demoiselle dont la taille n'avait rien du tout de remarquable , BONNET , Observ. 40e, Insectes.
Ce n'est pas l'humble ver, les abeilles dorées, La verte demoiselle, aux ailes bigarrées, Qu'attendent ses petits [de l'aigle], béants, de faim pressés , V. HUGO , Odes, IV, 17
6Nom de divers oiseaux, entre autres de la mésange à longue queue. Demoiselle de Numidie, espèce du genre grue, bel oiseau d'Afrique qui imite, comme le singe, tout ce qu'il voit faire aux hommes ; il a sur la tête une fort belle touffe de plumes, et d'autres plumes à l'entour qui lui forment comme des oreilles.
[La duchesse de Gesvres] C'était une espèce de fée, grande et maigre, qui marchait comme ces grands oiseaux qu'on appelle demoiselles de Numidie , SAINT-SIMON , 113, 226
7Terme de pêche. Le squale-marteau. 8Pièce de bois, dite aussi hie, de trois ou quatre pieds de haut, ronde et ferrée par les deux bouts, et munie de deux anses au milieu qu'on empoigne quand on veut se servir de cet outil. La demoiselle sert aux paveurs à enfoncer les pavés. 9Terme de marine. Listeau de porte-hauban. Cheville en fer qu'on nomme aussi dame. 10Outil de bois tourné pour ouvrir les doigts d'un gant. Terme de monnayeur. Verge de fer empêchant les charbons de couler, avec la matière fondue, de la cuiller dans le moule. Espèce de jambier qui soutient le cheval des scieurs de long. 11Bouteille de grès, remplie d'eau chaude, servant à échauffer les lits. On dit aussi moine. 12Variété de poire. C'est un temps de demoiselle, ni pluie ni vent ni soleil. Dans le langage commun, on dit votre demoiselle pour votre fille : Comment va votre demoiselle ? mais cela n'est pas du bon usage ; avec le mot demoiselle, comme avec les mots dame et sieur, il n'est pas de bon ton d'employer les adjectifs possessifs de la 2e et de la 3e personne. On demande : Comment se porte mademoiselle, et non pas votre demoiselle, ou sa demoiselle. De même on dit comment se porte madame, et non votre dame. Xe s.
La domnizelle celle kose non contredist , Eulalie
XIe s.
À lui vient Aude, la bele damisele , Ch. de Rol. CCLXX
XIIe s.
Damisele Aude, mais celer nel poons [pouvons] , Ronc. p. 170
Pur ço cil de sa maisun pristrent en cunseil, que il querreient une dameisele ki fust devant le rei, sil [si le] servist.... , Rois, 220
XIIIe s.
Dames et damoiseles prennent à festoyer , Berte, X
Se fié escheit à damoiselle qui ait douze ans ou plus , Ass. de J. I, 263
Se ele est dame, qu'ele y envoit chevalier ; et s'ele est demoiselle, que elle y envoit escuier , BEAUMANOIR , XXIX, 19
Puisque le [la] demiselle estoit mariée, combien que ele eust d'aage, ele estoit venue en aage de terre tenir , BEAUMANOIR , XV, 29
XVe s.
Pietre du Bois s'en vint un soir chieux ce Philippe qui demeuroit avec sa demoiselle de mere , FROISS. , II, II, 101
Provenç. et espagn. damisela ; ital. damigella ; du bas-latin dominicella, dérivé de domina (voy. DAME). DEMOISELLE. Ajoutez : 13Nom, dans l'Aunis, du raisin dont les graines ont mûri sans grossir, Gloss. aunisien, p. 95. 14Nom, en Normandie, d'un tas de céréales que font les moissonneurs en mettant debout les unes contre les autres des gerbes et recouvrant le tout d'une gerbe en éventail.
Mettre du blé, du seigle en demoiselle , DELBOULLE , Gloss. de la vallée d'Yères, p. 107
Ajoutez : De l'emploi de demoiselle (avec un pronom possessif), au sens de fille, on trouve un exemple dans J. J. Rousseau :
Je savais que Mme de Verdelier avait fait inoculer ses demoiselles , J. J. ROUSS. , Lett. à Mlle Ducluseu, 16 janv. 1763 Mais le blâme dont cet emploi est l'objet n'en persiste pas moins.