DAVIER

Prononciation : da-vié ; l'r ne se lie jamais ; au pluriel, l's se lie : les da-vié-z et autres instruments
Nature : s. m.

Pince recourbée dont les dentistes se servent pour arracher les dents. Instrument de menuiserie, composé d'une barre de fer qui se termine par un crochet, avec une main qui se meut d'un bout à l'autre pour assembler et serrer les pièces Petite patte insérée entre les deux couplets de la presse typographique pour maintenir le petit tympan dans l'enchâssure du grand. Barre de fer qui, attachée par des crampons à la pièce qu'on veut forger, permet de la transporter sur l'enclume. Outil servant à faire entrer les cerceaux d'un tonneau. XVIe s.
Si on connoist que la dent ne puisse estre arrachée par le poussoir, on prent un daviet, lequel est propre à rompre la dent qu'on veut quasser , PARÉ ,
Un davied, un pelican, un crochet, et quelques autres ferrements, dont il n'y avoit porte ni coffre qu'il ne crochetast , RAB. , Pant. II, 16
Origine inconnue ; à moins qu'on n'y voye un diminutif daviet de David, qui a été le nom d'un outil de menuisier ; des noms propres et des noms d'animaux étant parfois donnés à des outils. DAVIER. Ajoutez : 2Terme de marine. Rouleau de bois mobile placé horizontalement sur le bord d'une grande embarcation à la poupe ou à la proue, JAL, Dict. nautique.
Dans le choc la Germania eut son bordage en fer de tribord enfoncé, plusieurs de ses chaloupes écrasées et mises en pièces, son davier enlevé et une partie de la paroi de son sabord entr'ouverte , Journ. offic. 1er sept. 1876, p. 6717, 3e col. On a dit davias :
La pièce de bois sur bout, sur laquelle se hale le câble , ÉT. CLEIRAC , Termes de marine, 1643