DANSE

Prononciation : dan-s'
Nature : s. f.

1Suite de sauts et de pas réglés par une cadence et habituellement dirigés par la musique.
D'un essaim de beautés la danse enchanteresse , DELAV. , Paria, I, 1
La danse française, si remarquable par l'élégance et la difficulté des pas , STAËL , Corinne, VI, 1 Danse basse, terme ancien, aujourd'hui remplacé par danse noble, celle où l'on ne quittait pas terre, comme la courante, et en dernier lieu le menuet, qui consistait en pas tranquilles et en belles attitudes. Elle était opposée à la danse par haut, nommée aussi baladinage, aujourd'hui danse légère, celle où l'on fait des sauts et des pirouettes, par exemple la gavotte. Manière de danser. Il a une danse noble, libre, aisée.
2Action de plusieurs personnes qui dansent. Commencer la danse. Entrer en danse.
Vraiment vous n'avez garde en l'état où vous êtes De songer de festins, de danses et de fêtes , MAIRET , Sophon. II, 3
Ces lâches Lydiens, nourris dans l'abondance, Parmi les jeux, l'amour, les festins et la danse , TRISTAN , Panth. IV, 2
Idoménée lui ordonna de mener les danses des jeunes Crétoises , FÉN. , Tél. XXII
Tout était en joie et en danse chez cet abbé , SÉV. , 364 Entrer en danse, se mettre du nombre de ceux qui dansent. Fig. et familièrement. Entrer en danse, se mettre d'une entreprise, d'une affaire, d'une guerre, etc. dont on était jusque-là simple spectateur.
Pour prendre au bond l'occasion de se remettre en danse , SÉV. , 511
Albéroni espérait d'obliger les plus indifférents à entrer en danse [guerre], et de faire venir à chacun l'envie de danser par les bons instruments qu'on accorderait à Madrid , SAINT-SIMON , 478, 179
En danse, à l'oeuvre.
Puis, bistouris en danse ; enfin la fièvre prend ; Tout le corps y succombe, et le voilà mourant , LA MOTTE , Fabl. III, 18
Commencer la danse, mener la danse, être le premier à faire ou à souffrir quelque chose de fâcheux. C'est vous qui commencerez la danse.
Un violon qui avait commencé la danse et la pillerie du papier timbré , SÉV. , 229
Familièrement. Avoir l'air à la danse, être en disposition de beaucoup danser ; et fig. Être tout disposé à la circonstance, ou avoir l'air vif, éveillé.
Puissions-nous marier ainsi une fille de Sirven ! mais la pauvre diablesse n'a pas l'air à la danse , VOLT. , Lett. Damilaville, 2 févr. 1767
Avoir le coeur à la danse, être dispos, de bonne humeur. N'avoir pas le coeur à la danse, être triste. Fig. et populairement. Donner une danse à quelqu'un, le bien battre.
Ah ! mon ami ! - Oui, votre ami qui va recevoir une danse , BAYARD , les Gants jaunes, sc. 12
3Air de danse. Jouer toutes sortes de danses. Terme de musique. Danse d'ours, composition dans laquelle on cherche à imiter les airs de musette. 4Populairement, le lieu où l'on danse. Aller à la danse. 5Danse se prend encore en d'autres sens, et pour des arts tout autres que la danse proprement dite. Danse d'expression, c'est proprement une sorte de pantomime, comme la pyrrhique des Grecs.
Leurs danses [des sauvages] sont presque toujours une image de la guerre et communément exécutées les armes à la main ; elles sont si vraies, si rapides, si terribles, qu'un Européen qui les voit pour la première fois ne peut s'empêcher de frémir , RAYNAL , Hist. phil. XV, 4
N'est-il pas singulier que, dans les premiers âges du monde et chez les sauvages, la danse soit un art d'imitation, et qu'elle ait perdu ce caractère dans les pays policés ? , RAYNAL , ib. Danse d'imitation en charge ou danse comique : c'est moins une danse qu'un jeu de physionomie ou de geste, par lequel on imite en ridicule des personnes connues ou celles qu'on vient de voir.
6Danse sur la corde : c'est une sorte de voltige ou de tours d'adresse et d'équilibre. Quelquefois aussi on y fait des jetés, des pliés, des assemblés, des entrechats et autres pas de danse. Danse sur les chevaux : c'est encore une voltige plutôt qu'une danse. 7Danse macabre (voy. MACABRE). 8Terme de physique. Danse des pantins, expérience pour manifester les attractions et les répulsions électriques. 9Terme de médecine. Danse de St Guy, nom vulgaire de la chorée, dite aussi danse de St Witt, parce que, pour la guérir, on s'adressait à St Guy ou Witt. Après la panse vient la danse, après avoir fait bonne chère on ne songe qu'à se divertir. XIIIe s.
Dances, baus et caroles [vous] veïssiez commencer , Berte, X
Bel Acueil se taist et escoute Por la vielle que il redoute, Et n'est si hardis qu'il se moeve, Que la vielle en li n'aperçoeve Aucune fole contenance, Qu'el scet toute la vielle dance , la Rose, 3946
[Elle] ira à danses et à veilles, Au sermon, au pelerinage , Contenances des femmes
XVe s.
Et estoient ensemble à la fois en dances et en caroles et en esbatements , FROISS. , II, II, 46
Mon amy, il n'y a que faire d'entrer en la dance ; mais la façon est de s'en saillir à honneur , Jeh. de Saintré, ch. 12
Dieu pardoint aux trespassez, Par là fault que vous passez, C'est nostre commune dance , ALAIN CHART. , Le lai de paix.
Et de voler [chasser au vol], et de tournoiement, De dame avoir et de mener la dance , E. DESCH. , Plais. de l'étude.
Au fort, puisque suis en la danse, Bon gré maugré, m'y fault fournir, Et n'y sçay de quel pié saillir , CH. D'ORL. , Chans. 43
Celuy.... qui maistre estoit de mener telles danses [guerre, bataille, danger] et qui peu les craignoit , Bouciq. III, ch. 2
L'autre se efferve et se trouble ; Et de faict, quant la dance cesse, Il demeure sur un pas double , COQUILLART , Droits nouveaux.
Au fort, quelqu'un s'en recompense, Qui est remply sur les chantiers ; Car de la panse vient la danse , VILLON , Gr. testam. 25
Voy. DANSER ; provenç, et catal. dansa ; espagn. danza ; portug. dança ; ital. danza.