DAMNABLE

Prononciation : dâ-na-bl'
Nature : adj.

1Qui mérite, qui attire la damnation, en parlant des choses. Une opinion, une doctrine damnable.
Or elles [des opinions] ne sont pas damnables, si elles se sont trouvées dans les martyrs, si l'Église les y a vues et les y a tolérées , BOSSUET , Var. 1er avert. § 23 Qui mérite d'être damné, en parlant des personnes.
Les faire damnables de cette sorte, c'est sans doute les faire pécheurs, et Luther l'enseigne aussi en termes formels , BOSSUET , Var. 2e avert. § 11
2Qui mérite la réprobation, abominable.
Celse dit avec les Juifs que Jésus-Christ avait appris les secrets des Égyptiens, c'est-à-dire la magie, et qu'il voulut s'attribuer la divinité par les merveilles qu'il fit en vertu de cet art damnable , BOSSUET , Hist. II, 12
Ces damnables exemples , BOSSUET , ib. II, 1
La passion dominante fut une damnable ambition , BOURD. , Myst. Épiph. t. I, p. 123
Porte, porte aux tyrans tes damnables maximes , CORN. , Perthar. II, 3
Je ne recherche plus la damnable origine De cet aveugle amour où Placide s'obstine , CORN. , ib. II, 5
Va, dangereux ami, que l'enfer me suscite, Ton damnable artifice en vain me sollicite , CORN. , Théodore, V, 3
Ah ! mon fils, étouffez ce damnable dessein , ROTR. , Antig. I, 6
Ces damnables complots sont des gens de la cour , ROTR. , Bélis. Il, 9
XVe s.
Disant que oncques n'avoit failly, mais soustendroit que le duc de Clocestre avoit malvaise querelle et dampnable , FENIN , 1425
XVIe s.
Ceste surprise n'estoit pas moins damnable ny moins meschante, que celle de la Cadmée à Thebes , AMYOT , Agésil. 41
Provenç. dampnable ; anc. espagn. dañable, damnable ; ital. dannabile ; du latin damnabilis, digne d'être condamné, de damnare (voy. DAMNER).