DAMER

Prononciation : da-mé
Nature : v. a.

1Au jeu d'échecs, damer un pion, mener un pion dans une des cases de la dernière rangée de l'échiquier : il a alors la même valeur et les mêmes propriétés que la reine ou dame ; et, pour marquer que c'est une nouvelle dame, on lui adjoint un autre pion qu'on met avec lui sur la même case, c'est là proprement damer un pion. Au jeu de dames, damer un pion, et moins exactement damer une dame, c'est mener aussi un de ses pions sur la rangée qui est la plus près de l'adversaire ; alors au lieu de faire un seul pas à chaque coup, il peut, comme la dame des échecs, parcourir la ligne entière et prendre à distance les pions qui sont en prise. Pour faire reconnaître le pion ainsi augmenté, on met une seconde dame sur la première, et l'on dit qu'on a damé cette dame. Familièrement. Damer le pion à quelqu'un, le supplanter, avoir l'avantage sur lui ; locution qui vient de ce que le pion damé montre ou détermine une grande supériorité chez le joueur qui va à dame.
Il [Voltaire] a pris ce jésuite pour lui dire la messe et pour jouer avec lui aux échecs ; je crains toujours que le prêtre ne joue quelque mauvais tour au philosophe et ne finisse par lui damer le pion et peut-être le faire échec et mat , D'ALEMB. , Lettre au roi de Prusse, 20 juin 1768
2Anciennement, accorder à une demoiselle le titre de dame, titre qui ne se donnait qu'aux femmes de nobles ou d'écuyers. 3Battre les terres et les pavés avec le bloc de bois appelé dame. Terme d'artillerie. Fouler également la charge d'un mortier. XIIIe s.
C'est une dame de haut prix, Qui est tant digne d'estre amée, Qu'ele doit, rose, estre damée [recevoir un titre] , la Rose, dans RICHELET
XVIe s.
Je dameray ce conte [je dirai un conte pareil], dist Panurge, vous racontant ce que Breton Villandry respondist ung jour on seigneur duc de Guise , RAB. , Pant. IV, 11
Dame 1. Terme d'architecture. Donner à quelque chose un demi-pied de pente.