DAM

Prononciation : dan
Nature : s. m.

1Dommage, préjudice. Il n'est guère usité que dans cette locution : à son dam, à votre dam, à mon dam.
Serait-il bien possible ? - à mon dam tu le vois , RÉGNIER , Dial.
Ha ! pourquoi m'êtes-vous, à mon dam, si fidèles ? , RÉGNIER , Élég. 2
Toujours à nouveaux maux naissent nouvelles peines, Et ne m'ont les destins, à mon dam trop constants, Jamais après la pluie envoyé le beau temps , RÉGNIER , Sat. X
Aimant mieux étouffer leurs mécontentements Que d'en faire à son dam des éclaircissements , TRISTAN , Panthée, III, 1
De l'argent dites-vous ? ah ! voilà l'enclouure ! C'est là le noeud secret de toute l'aventure ; à votre dam... , MOL. , l'Ét. II, 5
Il y [au patibulaire] viendra le drôle ! il y vint à son dam , LA FONT. , Fab. XII, 23
C'est marché fait ; il est fol à son dam , LA FONT. , Magnif.
Tu as perdu Cyrus qui te crut alors, mais à ton dam , P. L. COUR. , II, 158
2Terme de théologie. Peine des damnés, privation de la vue de Dieu. La peine du dam.
Ce délaissement et cet abandon de Dieu est en quelque sorte la peine du dam, qu'il fallait que Jésus-Christ éprouvât pour nous tous , BOURD. , Myst. Pass. de J. C. p. 166
IXe s.
Nul plaid qui cist meon fradre Karle in damno sit , Serment
XVIe s.
Ne celui don n'est don d'aucune chose, Mais plustost dam [tourment], si ce mot dire j'ose , MAROT , III, 315
Ce sera l'homme bien tenant, Fust à son dam, la foy promise , MAROT , IV, 252
Le bien des bons, le dam des inhumains , FOURQUÉ , Vie de J. C. f° 117, dans RAYNOUARD
Qui vont au dam d'autrui conquerir des lauriers , DE LANDUN , la Franciade, p. 270, dans RAYNOUARD
Faisons nous sages à leur dam, mais regrettons leur naufrage , CAMUS DE BELLEY , Diversités, t. I, f° 430, dans RAYNOUARD
S'il [mon héritier] n'a assez de ce de quoy j'ay eu si plantureusement assez, à son dam , MONT. , IV, 70
Provenç. dam ; espagn. daño ; portug. damno, dano ; ital. danno ; du latin damnum, dommage.