DAIGNER

Prononciation : dè-gné
Nature : v. n.

Condescendre à, en regardant la chose comme digne de soi ou comme n'étant pas indigne.
Roi, je ne puis ; prince, je ne daigne ; Rohan suis , Devise des Rohan
C'est beaucoup qu'il sorte quelquefois de ses méditations et de sa taciturnité et que, même pour critiquer, il daigne une fois le jour avoir de l'esprit , LA BRUY. , V
Calliope jamais ne daigna leur parler , BOILEAU , Disc. au roi.
Daigne-t-elle sur nous au moins tourner les yeux ? Quel orgueil ! , RAC. , Androm. III, 6
Heureux que sa bonté daignât tout oublier , RAC. , Brit. IV, 4
Daigne, daigne, mon Dieu, sur Mathan et sur elle Répandre cet esprit d'imprudence et d'erreur, De la chute des rois funeste avant-coureur , RAC. , Athal. I, 2
Hélène fut la seule de son sexe, parmi tant d'enfants de Jupiter, dont ce dieu daigna se déclarer le père , P. L. COUR. , I, 24 Ce verbe est d'un fréquent usage à la fin des lettres, quand on écrit à un supérieur, à une personne beaucoup plus élevée en dignité. Daignez agréer mes respectueux hommages. Daignez croire à ma sincère et cordiale affection.
Xe s.
Tuit oram [prions] que por nos [elle] degnet preier , Eulalie
XIe s.
Vostre olifant soner vous ne deignastes , Ch. de Rol. LXXXV
XIIe s.
Se [vous] ne la faites douloir, Tant que [elle] desgnast de moi avoir merci.... , Couci, IV
Puisque merci ne m'i daigne valoir, [je] Ne sai où nul confort [je] pregne , ib. IX
Aumosne aurez, se'l [si vous le] [mon coeur] daigniez retenir , ib.
Dame, comment qu'il m'en preingne, [je] Mercie amour de ce qu'ele me deingne Tenir à sien.... , ib.
Se vous daigniez ma priere escouter , ib. XII
Je doi avoir grant joie en mon courage, S'ele me doigne à son oes [service] retenir , ib. XI
Certes, nenil ; ne me vint en penser Qu'onques nul jour je vous deignasse aimer , QUESNES , Romancero, p. 108
XIIIe s.
Et li rois lui otrie, nel [ne le] daigna refuser , Berte, XCVII
XIVe s.
Et afin que il fasse les gens rire, il dit teles choses que un home gracieux et vertueux ne daigneroit dire , ORESME , Eth. 178
Quant le chevalier ot [ouit] Bertran qu'ainsi parla, Il ne dist o ne non, ne parler ne daigna , Guesclin. 1782
Bourguig. doignai ; provenç. denhar, deingnar, deinar ; espagn. dignar ; ital. degnare ; du latin dignari, de dignus, digne.