devouer

Prononciation : dé-vou-é
Nature : v. a.

1Consacrer par un voeu.
Sénatus-consulte par lequel on dévouait aux Dieux infernaux quiconque passerait le Rubicon , MONTESQ. , Rom. 11
Je dévoue à l'exil ta tête criminelle , C. DELAV. , Paria, IV, 6 Par imprécation. Dévouer quelqu'un à la haine, à l'exécration publique, appeler sur lui la haine, l'exécration. Dévouer sa tête, s'exposer résolûment aux menaces, aux périls.
Pendant cinq ans il dévoua sa tête aux fureurs civiles , BOSSUET , le Tellier.
Ce moment vous dévoue à leur haine fatale , VOLT. , Oreste, III, 2
À vos persécuteurs j'ai dévoué ma tête , LEMERC. , Frédég. et Bruneh. IV, 3
Immoler en sacrifice.
Un loup quelque peu clerc prouva par sa harangue Qu'il fallait dévouer ce maudit animal, Ce pelé, ce ga leux, d'où venait tout le mal , LA FONT. , Fabl. VII, 1
2Par extension, consacrer au service de.... pa. zèle, amour ou un motif quelconque.
Vous lui dévouez vos personnes, et lui il se livre tout entier à vous , BOURDAL. , Exhort. Renouvel. des voeux, t. I, p. 251
3Se dévouer, v. réfl. Se consacrer par un voeu. Se dévouer à la vie monastique.
Je me dévoue à ces dieux immortels , RAC. , Brit. V, 8 Fig.
Lâche qui se dévoue aux amours de Tullie , VOLT. , Catil. II, 1
Se sacrifier par humanité, par patriotisme, par un motif quelconque.
Codrus se dévoua à la mort pour le salut de son peuple , BOSSUET , Hist. I, 5
[Elle] Me vit, en reprenant cette place rendue, à mille coups mortels contre eux me dévouer , RAC. , Mithr. I, 1
Achille fait ranger autour de votre fille Tous ses amis pour lui prêts à se dévouer , RAC. , Iphig. V, 5
Il se dévoua pour son peuple dans une bataille , FÉN. , Tél. XI
Dé.... préfixe, et vouer.