deversoir

Prononciation : dé-vèr-soir
Nature : s. m.

1Endroit par où déverse, s'épanche le trop-plein des eaux d'un étang, d'un canal.
Le déversoir est destiné à permettre l'écoulement des eaux superflues qui, sans cette facilité, passeraient par-dessus la chaussée, et cela même arrive lorsque la longueur du déversoir est insuffisante , LEGOARANT ,
On sait que le niveau d'un canal commence à partir d'un certain point A de la surface en amont du barrage, et que la hauteur effective sur le seuil du déversoir est plus petite que celle du niveau du point A au-dessus de ce seuil , BRASCHMANN , Comptes rendus, Acad. des sc. t. LIII, p. 1112
2Nom donné à la vanne même qui sert de décharge. 3Terme de pavage. Rangée de pavés posée diagonalement sur l'accotement d'une chaussée pour renvoyer les eaux dans le ruisseau ou le fossé. Déverser 2. DÉVERSOIR. Ajoutez : 4Terme de chemins de fer. Ce qui, pour les grandes compagnies, excède le revenu réservé dans les produits de l'ancien réseau et est déversé sur le nouveau ; le revenu réservé à l'ancien réseau se compose : 1° du dividende normal des actionnaires ; 2° de l'intérêt et de l'amortissement des obligations de l'ancien réseau ; 3° d'une partie (le cinquième environ) de l'intérêt et de l'amortissement des obligations du nouveau réseau.
Le vulgaire a quelque peine à se reconnaître dans ces arcanes du budget et à se rendre compte de ce que signifient l'ancien réseau, le nouveau réseau, le revenu réservé, le déversoir, la garantie d'intérêt, le partage des bénéfices , CH. LAVOLLÉE , Rev. des Deux-Mond. 15 sept. 1875, p. 348