detordre

Prononciation : dé-tor-dr'
Nature : v. a.

1Défaire ce qui était tordu. Détordez ce linge pour l'étendre. 2Se détordre le pied, le poignet, s'y donner une foulure. Cet emploi dans lequel détordre a un sens ancien, qu'on trouvera à l'historique, celui de tordre, a vieilli. 3Se détordre, v. réfl. Cesser d'être tordu. Ce fil se détord. Fig.
Combien j'avais été insensé de me détordre moi-même pour redresser les autres ! , BERN. DE ST-P. , Pr. à l'Arcadie
XIe s.
Il duist sa barbe et detuerst [tord] son grenon , Ch. de Rol. LX
XIIe s.
Andeux ses poins [ses deux poings] va li rois detordant , Ronc. p. 151
XIIIe s.
Ses très beles mains blanches mout souvent [elle] detordoit , Berte, XXVIII
Quant li paysan l'oï, si detorst ses puis [poings], et deschira ses cheviaus, et demena le plus grant duel du monde , Chron. de Rains, 237
Molt [elles] aloient afoibloiant ; Adiès [sans cesse] detorgoient lor mains , Lai d'Ignaurès
Avarice qui tant est orde, Volenté ai que m'en destorde, Fabliaux mss. f° 203, dans LACURNE. Brandist la hanste, detort le confenon , Gerard de Vienne, dans RAYNOUARD
Ne vous i puis adroit tenir, Tant me faites et tors et ganches De bras, de trumiaus et de hanches, Et tant vous alés detortant , la Rose, 8899
Cil prendrent les flors ; ses emportent ; Si sont cargié, que tot detordent , Fl. et Bl. 2314
XVe s.
Son très ennuyé pere detord ses mains et dessire ses cheveux , LOUIS XI , Nouv. II
XVIe s.
À fin de reduire les muscles qui peuvent avoir esté destors de leur deue situation naturelle , PARÉ , XIII, 20
Il me fauldra estre aveugle formé, avant que je sente la decadence et vieillesse de ma veue ; tant les parques destordent artificiellement nostre vie ! , MONT. , IV, 292
Dé.... préfixe, et tordre ; Berry, detorser ; provenç. destorser ; espagn. destorcer ; ital. distorcere. Destordre, dans l'ancien français, a très souvent le sens de tordre, et alors dé.... a le sens augmentatif.