detonation

Prononciation : dé-to-na-sion ; en vers, de cinq syllabes
Nature : s. f.

Bruit plus ou moins violent qui se fait entendre, soit dans de rapides combinaisons ou décompositions chimiques, soit quand un corps change brusquement d'état ou de volume. La détonation de la poudre à canon.
Ce fut lui encore qui fournit ou qui exécuta les détonations chimiques et quelques-unes des autres expériences de cette espèce, qui furent faites devant le roi dans l'assemblée du 22 juillet 1716 , MAIRAN , Éloges, Lemery.
Legoarant voudrait que détonation (explosion) s'écrivit détonnation, par analogie au radical tonnerre ; et que détonner (sortir du ton) s'écrivît détoner, par analogie à intonation, qu'en effet l'Académie écrit avec une seule n. Mais à cela on objectera que le latin detonare n'a qu'une n, de sorte que l'étymologie demande qu'on n'en mette qu'une ; et que, pour détonner, il est ordinaire que, dans ces cas, une consonne finale se double. Mais il n'en reste pas moins entre détonner et intonation une anomalie que l'Académie devrait faire disparaître, en suivant la règle donnée par Dumarsais et Duclos, qu'il est mauvais de doubler les lettres qui ne se prononcent pas, quand l'étymologie ne les exige pas. Elle n'aurait d'ailleurs en bien des cas qu'à suivre l'orthographe du moyen âge, qui ne doublait pas les lettres. Détoner.