detention

Prononciation : dé-tan-sion ; en vers, de quatre syllabes
Nature : s. f.

1Terme de jurisprudence. Action de détenir, de garder en sa possession. La détention des effets d'une succession. Souvent on oppose la simple détention à la possession légale. 2État de celui qui est détenu en prison. Détention préventive, arbitraire. Terme de droit criminel. Peine qui consiste à être enfermé dans une forteresse pendant 5 ans au moins et 20 ans au plus. La détention occupe le cinquième rang parmi les peines afflictives et infamantes. Être condamné à cinq ans de détention. XVIe s.
La roine [Catherine de Médicis] avoit aussi ceux qui commandoient en la chambre et en la garde-robe [de Henri de Navarre, prisonnier], tous affidez à la detention de ce prince , D'AUB. , Hist. II, 184
On deviendra proprietaire de semblables fonds et rentes, par l'une de cinq manieres, sçavoir par succession, par transport, par prescription de temps que l'on nomme teneure ou detention, par purge et eviction en justice, et par donation , Nouveau coust. génér. t. I, p. 713
Provenç. detention ; espagn. detencion ; ital. detenzione ; du latin detentionem (voy. DÉTENIR).