desenfler

Prononciation : dé-zan-flé
Nature : v. a.

1Ôter ce qui enfle. Désenfler un ballon. fig. Ôter l'enflure morale.
Désenfle-la si bien [la superbe et l'ambition], qu'elle soit toujours prête à voir que chacun sur ta tête Par un dernier mépris ose imprimer ses pas , CORN. , Imit. III, 13
Ôter l'enflure du langage.
Les dieux, quand leur esprit est sage, Désenflent pour nous leur langage, Et veulent bien être entendus , PARNY , Mélanges, à quelques poëtes.
2V. n. Devenir moins enflé. Son bras commence à désenfler. 3Se désenfler, v. réfl. Cesser d'être enflé. Le ballon se désenfla. Fig.
Insensiblement je croyais voir sa tête se désenfler du vent dont elle était remplie , MARMONTEL , Mém. II
XIIIe s.
Emplaistre caut sur les mameles qui sont enflées par l'abundance de lait ; si les desenfle , ALEBRANT , f° 42
XVIe s.
Il se resjouissoit de veoir les eaux couler, et son ventre desenfler , PARÉ , VI, 12
Faut differer la reduction jusques à ce que la partie soit desenflée , PARÉ , XIII, 3
Et delà son ventre se desenfloit , PARÉ , XVIII, 89
Voyant les difficultés de parler à sa sainteté, et que sa bourse desenfloit , NOEL DU FAÏL , Contes d'Eutrap. ch. 17
Dés.... préfixe, et enfler ; provenç. desenflar, deseflar ; catal. desinflar.