desarconner

Prononciation : dé-zar-so-né
Nature : v. a.

1Jeter hors des arçons, renverser de cheval.
Le premier chevalier qui courut contre lui le désarçonna , VOLT. , Zadig, 19
2Fig. Désarçonner quelqu'un, lui faire perdre sa position, son emploi.
Keppel désarçonna Portland pendant sa courte ambassade de France , SAINT-SIMON , 485, 19
3Confondre, déconcerter.
Voilà, dit Xantus, la pâtisserie la plus méchante que j'aie jamais mangée ; il faut brûler l'ouvrière [la femme de Xantus].... Attendez, dit le paysan, je m'en vais querir ma femme, on ne fera qu'un bûcher pour toutes les deux ; ce dernier trait désarçonna le philosophe , LA FONT. , Vie d'Ésope.
La Briffe tombait dans mille panneaux que Harlay lui tendait tous les jours, et dont il le relevait avec un air de supériorité qui désarçonna l'autre , SAINT-SIMON , 17, 202
4Se désarçonner, v. réfl. Se faire perdre les arçons l'un à l'autre. Ils se sont désarçonnés. Fig. Être déconcerté. Ainsi pressé de questions, il se désarçonna. XVIe s.
Et s'il y pouvoit parvenir [au consulat], il avoit bien deliberé de desarçonner Caius, de tant plus mesmement que son credit commenceoit à se finir , AMYOT , Gracques, 45
Dés.... préfixe, et arçon. DÉSARÇONNER. - HIST. Ajoutez : XIIIe s.
À l'encontrer fut grantz li frois [le froissement] Des lances, dont il s'entredonent Tiels cops, qu'il s'entredesarçonnent , Meraugis, p. 175