desaimer

Prononciation : dé-zè-mé
Nature : v. a.

Cesser d'aimer.
Pourquoi les Français ne diraient-ils pas désaimer, quand ils aiment si vite et désaiment si vite encore d'après le caprice du moment ? , MERCIER , Néologie, mot désaimer.
En vivant avec lui [St-Simon, l'auteur des mémoires], j'ai passé par plus d'une phase ; je l'ai adopté, critiqué ; je l'ai aimé et désaimé , MICHELET , Louis XIV et le duc de Bourgogne, p. 451
Le mot est ancien, et non, comme le croyait Mercier, un néologisme. XIIIe s.
Cils me veut bien desnuer De joieuse vie, Qui m'exhorte à desamer Dame si jolie Et qui tant fet à loer , Poésies mss. avant 1300, t. IV, p. 1396, dans LACURNE
XVIe s.
L'ardent ennui de ma froide poison Un autre aimant, je me suis désaimé ; Ainsi je meur, vivant sans estre aimé , Poésies de Loys le Caron, f° 12, dans LACURNE
Dés.... préfixe, et aimer ; provenç. dezamar.