desagrement

Prononciation : dé-za-gré-man
Nature : s. m.

1Chose qui désagrée, sujet de contrariété. Il s'est attiré des désagréments.
Je crains qu'il n'essuye bien des désagréments , MAINTENON , Lett. à Mme des Ursins, 7 août 1706
Des plaisirs qu'il a fallu acheter bien cher et dont il n'a presque jamais que le désagrément et l'amertume , MASS. , Avent, Mort du Péch.
Au lit de la mort, oserez-vous présenter à Jésus-Christ vos fatigues et les désagréments journaliers de votre emploi ? , MASS. , dans le Dict. de DOCHEZ.
2Défaut qui nuit aux agréments extérieurs. Cette tache au visage est un grand désagrément.
M. de Saint-Ruth, quel homme, bon Dieu ! et que le désagrément de sa physionomie donne de grandes idées des qualités qu'on ne connaît pas ! , SÉV. , 49
Bouhours, dans ses Remarques, dit que le mot est nouveau et commence à s'établir ; et il signale comme une locution précieuse : ce fut un grand désagrément pour moi. Aujourd'hui le mot est établi et n'a plus rien de précieux. Dés.... préfixe, et agrément.