desaccoutumer

Prononciation : dé - za - kou - tu - mé
Nature : v. a.

1Faire perdre une coutume, une habitude. L'oisiveté l'avait désaccoutumé de faire aucun effort.
En vain de son train ordinaire On le [naturel] veut désaccoutumer : Quelque chose qu'on puisse faire, On ne saurait le réformer , LA FONT. , Fabl. II, 18
La mortification lui rend la mort familière, le déta - chement des plaisirs le désaccoutume du corps ; il n'a point de peine à s'en séparer , BOSSUET , Or. fun. Bourgoing.
2Se désaccoutumer, v. réfl. Perdre l'habitude.
Il faut se désaccoutumer de souhaiter quelque chose , SÉV. , 144
Je souhaite de tout mon coeur que vous ne vous désaccoutumiez ni de m'ecrire ni de me parler , MAINTENON , Lett. au card. de Noailles, 9 janv. 1704
L'incrédule, qui a secoué le joug de la foi, se désaccoutume bientôt du joug de l'obéissance , MASS. , Or. fun. Dauphin.
Comme la raison s'accoutume à examiner, elle se désaccoutume de croire , MASS. , Panég. St Thomas. Absolument. Le commandeur : on s'est accoutumé. - D.
Japhet : qu'on se désaccoutume , SCARRON , D. Japhet, III, 4
XIVe s.
Jà ne me puist aidier li Peres qui ne ment, Se je ne descoutume, ains mon departement, Ce servaige villain, qu'ensi honnist la gent , Baud. de Seb. VIII, 888
XVIe s.
Celui qui par delicate paresse desdaigne ou desaccoustume d'employer ses mains à frotter son propre corps , AMYOT , Alex. 72
Dés.... préfixe, et accoutumer. DÉSACCOUTUMER. - HIST. Ajoutez : XIIe s.
En dous manieres desaconstumet li irors blecie lo corage à posseir : la promiere.... , li Dialoge Gregoire lo pape, 1876, p. 366