deputation

Prononciation : dé-pu-ta-sion ; en poésie, de cinq syllabes
Nature : s. f.

1Envoi solennel de personnes chargées d'un message pour quelqu'un.
Essayons de ramener les esprits par une seconde députation , VAUGEL. , Q. C. dans RICHELET
Il proposa de faire une députation au roi , SÉV. , 233
Ils ne vont pas en députation au-devant de M. de Grignan , SÉV. , 569
2Fonction de député à une assemblée délibérante. Aspirer à la députation.
C'est dans le temps que nous voulons la députation pour mon fils, dont apparemment M. de Chaulnes sera le maître cette année , SÉV. , 568 La députation d'un département, tous ses députés. Députation des États, nom, dans plusieurs gouvernements constitutionnels, d'un comité revêtu de certaines attributions en l'absence des États. Assemblée des États de l'empire germamanique, dans laquelle se réglaient certaines affaires renvoyées par la diète.
XVIe s.
Sire, j'ai esté deputé des eglises malgré moi, et pendant que bien d'autres briguoient cette deputation , D'AUB. , Vie, CIX.
Lat. deputationem, répartition, de deputare (voy. DÉPUTER).