deplaisir

Prononciation : dé-plè-zir
Nature : s. m.

1Sentiment que cause ce qui déplaît.
.... Je veux seulement malgré mon déplaisir Remettre mon visage un peu plus à loisir , CORN. , Cid, I, 5
Combien nos déplaisirs parurent lors extrêmes ! , CORN. , Hor. I, 3
J'épargne à sa vertu d'éternels déplaisirs , CORN. , Nicom. III, 2
J'en ai le déplaisir, vous en aurez la honte , CORN. , ib. III, 7
Une nouvelle qui lui donne beaucoup de déplaisir , SÉV. , 6
Vous croyez donc que les déplaisirs et les plus mortelles douleurs ne se cachent pas sous la pourpre ? , BOSSUET , Marie-Thér.
Il se forme dans les grandeurs une nouvelle sensibilité pour les déplaisirs, dont le coup est d'autant plus rude qu'on est moins préparé à le soutenir , BOSSUET , ib. Contrariété, mécontentement. Il a été accablé de déplaisirs dans ce poste.
Si je me trompe, on me ferait déplaisir de me déloger de mon erreur , DIDER. , sur Térence.
2Par extension, douleur, amertume de coeur.
Et je doute comment vous portez cette mort. - Sire, avec déplaisir mais avec patience , CORN. , Hor. V, 2
Les faibles déplaisirs s'amusent à parler , CORN. , Pomp. V, 1
Parmi les déplaisirs que vous en recevrez , CORN. , D. Sanch. V, 5
Les plus grands déplaisirs sont les moins éclatants , CORN. , Perthar. IV, 3
Le grand déplaisir que sent monsieur mon maître [à l'occasion de la mort de son père] , MOL. , l'Étour. II, 4
Parmi les déplaisirs où mon âme se noie , RAC. , Andr. I, 1
Un coeur accablé de tant de déplaisirs , RAC. , ib. II, 1
Mais toujours quelque espoir flattait mes déplaisirs , RAC. , Bérén. I, 4
Ô filles de Lévi, troupe jeune et fidèle, Enfants, ma seule joie en mes longs déplaisirs , RAC. , Athal. I, 3
Le Cyclope chante ainsi ses déplaisirs, en promenant ses yeux sur les flots , CHATEAUB. , Génie, II, III, 6
Sa prétendue trépassa bientôt par grand déplaisir , CHATEAUB. , ib. IV, III, 3
DÉPLAISIR, DÉPLAISANCE. Ces deux mots ne diffèrent que par la finale. Déplaisir est l'ancien infinitif du verbe déplaire (voy. DÉPLAIRE à L'ÉTYM. et PLAISIR, ancien infinitif du verbe plaire), et signifie proprement le déplaire ; déplaisance est le substantif de l'adjectif déplaisant. Déplaisir signifie donc le déplaire ; et déplaisance, la qualité de ce qui est déplaisant. XIVe s.
Et celui qui, en delessier telx desiers [désirs], a tristece et desplaisir, il est desatrempé , ORESME , Eth. 38
Mentir li faisoit tristece et desplaisir , ORESME , ib. 194
XVIe s.
Marcellus, l'ayant emportée d'assault [une ville], ne feit aucun desplaisir aux naturelz habitants , AMYOT , Marcell. 19
Ainsi estans ces douleurs et desplaisirs domestiques conjoincts avec les publiques , AMYOT , Pyrrhus, 60
Voy. DÉPLAIRE ; picard, déplaisi ; provenç. desplazer ; anc. catal. desplaer, despler ; espagn. desplacer ; portug. desprazer ; ital. dispiacere.