deplaisance

Prononciation : dé-plè-zan-s'
Nature : s. f.

1Qualité de ce qui est déplaisant. La déplaisance de cette habitation. Prendre quelqu'un en déplaisance. 2Action de se déplaire à.
[La contrition] Ce n'est pas même une simple déplaisance de la raison, qui, naturellement droite, ne peut s'empêcher d'apercevoir le désordre du péché et de le condamner , BOURDAL. , Pensées, t. I, p. 289
XIIIe s.
De peresce renessent negligence et oiseuse [oisiveté], Desplaisance de Dieu qui trop est perilleuse, Mauvese acoustumance, faintise l'oublieuse , J. DE MEUNG , Test. 1738
XIVe s.
Celui qui, en telles choses soutenir, a tristece et desplaisance, il est couart , ORESME , Eth. 38
La chose faite pour ignorance, de laquelle l'en a tristesce, desplaisance et pesance ou repentance, elle est involuntaire , ORESME , ib. 50
XVe s.
[Le pape Grégoire] Quand il vit qu'il ne pouvoit trouver nulle paix entre le roi de France et le roi d'Angleterre, dont trop lui venoit à deplaisance.... s'avisa que il iroit revisiter Rome , FROISS. , II, II, 20
Je prends à grand desplaisance à estre avecques mon mari , FROISS. , II, III, 12
Et trouveray, ce m'a dit esperance, Par le pourchas du regard de mes yeux, Autant de bien que j'ay de desplaisance , CH. D'ORL. , Bal. 11
Il print desplaisance de demourer à l'hostel en oisance , LOUIS XI , Nouv. c.
XVIe s.
Hors de sa trousse une sagette [il] tire De bois mortel, empenné de vengeance, Portant un fer forgé par desplaisance Au feu ardent de rigoureux refus , MAROT , I, 160
Je suis tant loing d'en estre en desplaisance , MAROT , I, 303
Ils nous font accroire qu'ils en ont grande desplaisance et remors au dedans , MONT. , III, 268
La pauvre dame avoit vescu en grande desplaisance , AMYOT , Lucull. 32
Déplaisant ; provenç. desplazensa ; ital. dispiacenza.