deplacement

Prononciation : dé-pla-se-man
Nature : s. m.

1Action de déplacer ou de se déplacer.
On ne saurait dire où gît le principe de son déplacement [du reptile], car il n'a ni nageoires, ni pieds, ni ailes , CHATEAUB. , Génie, I, III, 2 Déplacement d'un vaisseau, le volume d'eau que déplace un vaisseau, la place qu'occupe dans l'eau toute la carène. Terme de pharmacie. Procédé de lixiviation, dans lequel les couches de liquide se déplacent mutuellement. Terme de pathologie. Le déplacement d'un organe, le changement de situation que quelques organes peuvent éprouver. Le déplacement de l'utérus.
2Action d'ôter un emploi, une fonction.
Ces cabales que l'on voit dans toutes les cours et qui se terminent d'ordinaire dans les nôtres par quelque déplacement de ministre ou tout au plus par quelque exil , VOLT. , Charles XII, 6 Action de faire changer un fonctionnaire de résidence, ordinairement par punition. On se plaint de ce préfet ; son déplacement devient très probable.
DÉPLACEMENT. Ajoutez : 3Par emploi néologique, visite avec résidence chez quelqu'un, en quelque lieu. Le duc*** est actuellement en déplacement de chasse à.... Il est en Italie pour sa santé, il se trouve très bien de ce déplacement. On annonce que Lord*** viendra bientôt en déplacement à Paris.
Ce qui m'étonne de mon gendre, disait-elle confidentiellement à la marquise de La Veyle, qui était elle-même en déplacement à Trouville , OCT. FEUILLET , Rev. des Deux-Mondes, 1er octobre 1875, p. 482 Voilà le mot passé des petits journaux dans les revues et dans le monde.