denigrer

Prononciation : dé-ni-gré
Nature : v. a.

1S'efforcer par ses discours de rendre noir, c'est-à-dire d'effacer la bonne opinion que les autres ont de quelqu'un, ou de dépriser la qualité d'une chose.
On a tantôt dénigré les dames du palais d'une manière qui m'a fait rire , SÉV. , 181
Tout cela vient de ce que chacun, épris de soi-même, veut tout mettre à ses pieds et s'établir une damnable supériorité, en dénigrant tout le genre humain , BOSSUET , Concupisc. 16
J'ai loué les sots, j'ai dénigré les talents , VOLT. , l'Écossaise, I, 1
Il satisfit son mécontentement secret, en dénigrant la nation pour laquelle il voyait avec tant de peine la prédilection de Corinne , STAËL , Corinne, VI, 2
2Se dénigrer, v. réfl. Dire du mal de soi-même.
Ne cessant de se dénigrer par ironie , HAMILT. , Gramm. 10 Dire du mal les uns des autres. Ces gens-là ne cessent de se dénigrer les uns les autres.
XVIe s.
Ne frequente point avec hommes diffamez et denigrez pour leur meschante vie , AMYOT , Comm. il faut nourrir les enfants, 38
Dé.... préfixe, et le latin niger, noir : rendre noir, noircir. Le provençal a denigratiu, noircissant.