denicheur

Prononciation : dé-ni-cheur
Nature : s. m.

1Celui qui déniche les petits oiseaux. Familièrement. Un dénicheur de merles, un homme adroit et qui est à l'affût des bonnes occasions.
Ce grand dénicheur de merles est à terre , DIDEROT , Salon de 1765, Oeuvres, t. XIII, p. 50, dans POUGENS.
Dénicheur de fauvettes, chevalier d'industrie qui va chercher quelque bon nid, quelque femme qui lui fasse sa fortune.
2Fig. Un dénicheur d'antiquités, de curiosités, celui qui sait trouver, découvrir les antiquités, les curiosités. En ce sens il vient de dénicher, découvrir. Dénicheur de saints, celui qui, examinant, à l'aide de la critique, la vie des saints, démontre que plusieurs sont de faux saints. M. de Launoy était un grand dénicheur de saints. En ce sens il vient de dénicher, débusquer. Dénicher 1. DÉNICHEUR. Ajoutez : 3À d'autres, dénicheur de merles, locution proverbiale qui se dit à quelqu'un qui croit nous avoir trompé à notre insu, pour lui donner à entendre qu'on n'ignore pas ce qu'il a fait et qu'on ne veut pas être de nouveau sa dupe. La locution vient d'une anecdote racontée par Boursault, Lettres nouvelles, t. II, p. 153, 2e édit. Un jeune paysan se confessa d'avoir rompu la haie du voisin pour guetter un nid de merles qu'il se promettait de dénicher plus tard. Le curé, ainsi averti, alla lui-même les dénicher et les fit fricasser. Plus tard, le même se confessant de courtiser une jeune fille, le curé demanda des renseignements ; mais le garçon, devenu avisé, lui répondit : à d'autres, dénicheur de merles. Voy. le Courrier de Vaugelas, 1er oct. 1866.