demordre

Prononciation : dé-mor-dr'
Nature : v. n.

1Lâcher prise après avoir mordu. Certains animaux ne démordent pas qu'ils n'emportent la pièce.
L'on est obligé de se servir d'un ferrement pour le faire démordre , BUFF. , Renard.
2Fig. Se départir, renoncer. On l'en fera bien démordre. Il ne démord pas de ses prétentions.
C'est un homme qui ne démordrait pas d'un iota des règles des anciens , MOL. , Pourc. I, 7
À ne démordre point de mon habillement , MOL. , Éc. des mar. I, 1
Je m'en trouve fort bien, et n'en veux pas démordre , HAUTEROCHE , Appar. tromp. II, 4
Je ne suis pas de ces messieurs qui ne chérissent que leurs opinions et qui, plutôt que d'en démordre, aiment mieux laisser crever un malade , HAUTEROCHE , Crispin méd. II, 9
J'aurai peine à fléchir son esprit absolu, Qui ne démord jamais de ce qu'il a voulu , SCARRON , D. Japhet, V, 4
On dit que le prince Eugène ne démordra pas de son entreprise , MAINTENON , Lett. à Mme de Glapion, 31 juillet 1712
Il ne démordait guère ni de ses entreprises, ni de ses opinions ; ce qui assurait davantage le succès de ses entreprises et donnait moins de crédit à ses opinions , FONTEN. , Renau.
Louville était plein d'esprit et de sens, ardent, mais droit ; et, persuadé une fois, rien ne le faisait démordre , SAINT-SIMON , 101, 60
Démordre, au sens figuré, est un de ces verbes qui sont surtout usités avec une négation. Cependant rien n'empêcherait de dire : il démordra de ses prétentions. XIVe s.
À bon escient n'en demords ; Qu'acertes sont deux moult beaux corps Que ce soleil et ceste lune , Traité d'alch. 229
XVIe s.
Ils y sont asservis comme à une prinse qu'ils ne peuvent demordre , MONT. , II, 232
Il leur semble que leurs enfans n'y seront jamais assez tost [à la cour], lesquels aussi, de leur costé, ne se font gueres presser pour desmordre le college , LANOUE , 122
Quand il y a en une armée nombre de telles gens, qui sçavent montrer le chemin aux autres, et mordre sans desmordre, cela fait combattre tout le reste , LANOUE , 420
Ne plus ne moins que les chiens de gentil cueur, qui jamais ne laissent leur prise ny jamais ne desmordent, que leur adversaire ne soit abbatu , AMYOT , Sylla et Lysand. 9
Le duc de Guise, qui avoit preveu cet avantage, y avoit sur le ventre 300 harquebuziers choisis qui firent demordre les entrepreneurs , D'AUB. , Hist. I, 21
Les attaquans aiant demordu furent poussez en desroute jusques dans leur camp , D'AUB. , ib. I, 361
La guerre de Flandres n'est plus à deliberer, elle est entamée, ne la demordez point , D'AUB. , ib. II, 14
Il ne laissa nul de ses morts ni blessez ; et ne demordit point ses prisonniers , D'AUB. , ib. 299
Dé.... préfixe, et mordre. DÉMORDRE. Ajoutez : 3V. a. Cesser de mordre, et, figurément, abandonner.
La constance jamais ne démord ce qu'elle a résolu , MALH. , Lexique, éd. L. Lalanne.
Je ne suis pas bien prompt à me promettre du bien ; voilà pourquoi je démords fort aisément l'opinion des bons succès , MALH. , ib.