deloyaute

Prononciation : dé-lo-iô-té ; plusieurs disent dé-loiiô-té
Nature : s. f.

Manque de loyauté ; acte déloyal. Faire acte de déloyauté.
Quoi ! ta rage, dit-il, n'est donc pas assouvie, Et tes déloyautés ont survécu ta vie ! , ROTR. , Antig. III, 2
Et sa mort va laisser à la postérité L'infâme souvenir de ta déloyauté , CORN. , Cinna, IV, 7
Et sa déloyauté va paraître trop noire Four souffrir qu'il en ait le succès qu'on veut croire , MOL. , Tart. V, 5
XIe s.
E cil qui est reté [accusé] de deleauté , Lois de Guill. 45
XIIe s.
[De] Ce que je l'ai [l'amour] à mon pooir Servie sans desloiauté , Couci, III
Car ço que nus eümes ainceis al rei granté E par obedience l'eüstes comandé, Or l'avez defendu ; par tel deslealté, U [où] vuz nus volez metre, nus avuns apelé , Th. le mart. 42
XIIIe s.
Les mains [ils] lui ont lié par lor desloyauté , Berte, X
Ne ja por chou [ce] ne feriemes deloiauté de requerre après nostre raison , H. DE VALENC. , XIX
Et por noient doit estre prisiés li sens de celi en qui desloiatés est her bergiée , BEAUMANOIR , 27
XVe s.
Et en ses subjectz ne trouva nulle desloyaulté , COMM. , V, 7
XVIe s.
Il retarda l'execution de sa desloyauté , MONT. , I, 30
Déloyal ; provenç. desleialtat, deslialtat ; catal. desllealtat ; espagn. deslealtad ; ital. dislealtà. Desloiauté est pour desloialté, au, comme on sait, remplaçant al.