delation

Prononciation : dé-la-sion ; en poésie, de quatre syllabes
Nature : s. f.

1Dénonciation, mais toujours en mauvaise part.
Un esclave t'accuse, et je ne croirai pas à des délations qui partent de si bas , ANCELOT , Fiesque, IV, 8
Deux courtisanes séduites par de l'argent et des promesses se chargent de la délation , DIDER. , Règne de Claude et Nér. I, § 25
2Action de déférer. La délation du serment. XVIe s.
Pour cela la commune ne laissa point à estre aussi aspre et aussi aigre à recevoir toutes sortes de calumnies et de delations, comme auparavant , AMYOT , Alc. 36
Je [Socrate] m'enferre en la delation de mes accusateurs, qui est que je fois [fais] plus l'entendu que les aultres, comme ayant quelque cognoissance plus cachée des choses qui sont au dessus et au dessoubs de nous , MONT. , IV, 215
Lat. delatio (voy. DÉLATEUR).