delabrer

Prononciation : dé-la-bré
Nature : v. a.

1Mettre en mauvais état. Délabrer une tapisserie. Délabrer une machine. Délabrer sa fortune. Les veilles auront bientôt délabré sa santé.
Il faut entendre là-dessus ses héritiers, ils ne délabrent pas mal sa réputation , DANCOURT , Femme d'intrigue.
2Se délabrer, v. réfl. Devenir en mauvais état. Tous ces meubles se délabrent. Perdre sa fortune.
Envahir les biens d'une maison qui se délabre , BEAUMARCHAIS , Mère coup. I, 2
XVIe s.
Un jour il en trouva dix sur son chemin, qui lui parurent fort delabrez , Mém. sur du G. ch. 26
Wallon, dilaburner, déchirer les vêtements. Délabrer est un mot d'origine incertaine. Ménage le tire de lambeau, lambel, pour lequel on trouve aussi label, d'où labrer au lieu de labler, ce qui ne ferait pas difficulté. Le latin lamberare, qui veut dire déchirer, n'est pas sûr, attendu que l'm qui s'ajoute souvent se supprime rarement. Frisch a proposé labrum, lèvre, bord, d'où lambeau ; label proviendrait, dans cette hypothèse, de labellum. Diez rappelle l'allemand Lappen, lambeau, et le celtique : gaélique léab, kymri llabeî, qui ont le même sens. Tout cela reste hypothétique, à cause que délabrer n'a pour ainsi dire pas d'historique qui note les phases du mot. Le latin dilabor, qui se présente à l'esprit, n'est pas admissible, n'ayant point d'r.