dejection

Prononciation : dé-jè-ksion
Nature : s. f.

1Terme de médecine. Évacuation des matières stercorales. Au plur. Matières évacuées. Des déjections bilieuses. 2Au plur. Terme de géologie. Matières qui sont lancées par les volcans. Les déjections de l'Etna, du Vèsuve. 3Terme d'astrologie. Déjection des planètes, situation où elles ont le moins de force et d'influence. 4Abattement moral. Ce sens est aujourd'hui tout à fait inusité. XVIe s.
L'une et l'autre affection engendre dejection [abbattement] et humilité , CALV. , Instit. 272
La vraye humilité est une dejection de nostre coeur sans feintise, procedante d'un droit sentiment de nostre misere et poureté, dont nostre coeur soit ainsi abbattu , CALV. , ib. 597
Si es dejections il y a indice de colliquation , PARÉ , XX, 23
Lat. dejectionem, de de, et jacere, jeter (voy. JETER). DÉJECTION. - HIST. XVIe s. Ajoutez :
Lesquelles [les doctrines des hommes] certes sont apparentes avoir sapience en superstition et dejection , Coloss. II, 23, Nouv. Testam. éd. Lefebvre d'Étaples, Paris, 1525