degorgement

Prononciation : dé-gor-je-man
Nature : s. m.

1Action de rendre gorge. Le dégorgement après des excès de table. Par extension, action de faire rendre les liquides qui ont été absorbés. Le dégorgement des sangsues. 2Action de faire écouler des eaux et des immondices. Dégorgement d'un canal, d'une gouttière. Écoulement des cours d'eau les uns dans les autres, ou dans la mer.
En cinglant toujours à l'ouest, nous parvînmes à l'extrémité du dégorgement de cette immense écluse [barre du Nil] , CHATEAUB. , Itinér. III, 61
Par extension, écoulement d'une foule.
Le dégorgement de cette foule par un étroit passage devint presque impossible , SÉGUR , Hist. de Napol. XII, 3
3Terme de médecine. Écoulement au dehors. Dégorgement de la bile, des humeurs. Dégorgement des jambes, d'un organe, écoulement des humeurs qui engorgeaient ces parties. 4Terme d'arts. Action de dépouiller certaines matières des corps étrangers. Dégorgement des laines, des cuirs. Dégorger. DÉGORGEMENT. Ajoutez : 5Terme d'artillerie. Dégorgement d'une embrasure, action d'enlever le masque en terre ou en gabions qui protégeait les travailleurs pendant la construction.